RMC Sport

Deloire : « On rehausse les charges de travail »

Yoann Huget

Yoann Huget - -

Le préparateur physique du XV de France dresse un premier bilan satisfaisant à la moitié du stage au Chambon-sur-Lignon (Haute-Loire). Il trouve les joueurs très réceptifs. Ainsi que le très zélé sélectionneur Marc Lièvremont…

Julien, quel est votre sentiment sur le début de préparation du XV de France ?

C’est vraiment positif. Même après la coupure qu’il y a pu avoir après le raid, les joueurs ont eu la capacité de rebasculer très vite dans un travail de qualité. C’est une bonne chose après dix jours à Marcoussis. Le groupe est très appliqué et sérieux. Il y a de la qualité dans chacun des entraînements, notamment sur le plan physique.

Avez-vous eu des ajustements à réaliser au cours de la préparation ?

Pour l’instant, les ajustements sont plutôt positifs. On est amené à rehausser certaines charges de travail. Nous sommes également, avec tout le staff, dans l’adaptation permanente concernant les blessés. C’est une donnée aléatoire mais à prendre en compte. Un gros point se fera à l’issue de ce stage à Chambon-sur-Lignon. Cependant, nous sommes dans l’échange en permanence.

Fabien Barcella a-t-il des soins personnels adaptés en raison de sa douleur aux quadriceps de la jambe gauche ?

C’est une blessure qui devient résiduelle sur le plan musculaire. La musculation n’a pas été autant adaptée ce matin (ndlr, ce mardi). C’est le principe de précaution qui l’emporte. Sa reprise va être progressive. Les charges de travail étant conséquentes, on ne veut pas prendre de risques et accélérer trop vite.

« Marc montre l’exemple »

Comment allez-vous préparer le stage de Falgos (Pyrénées-Orientales), à la fin du mois de juillet, qui s’annonce plus axé sur le rugby ?

On va avoir une petite journée pour s’adapter et prendre nos marques. Je crois que les joueurs ont montré beaucoup d’adaptation par rapport à certains changements. C’est ce qui était voulu, c'est-à-dire être surpris et s’adapter dans de nouveaux contextes. En allant vers plus de rugby, on peut penser que les joueurs montrent encore plus d’engouement.

Marc Lièvremont est un des plus assidus aux entraînements. Sait-il qu’il ne fait pas partie des joueurs sélectionnés ?

Tout le monde est assidu. Le staff, à sa manière, veut aussi être actif et montrer aux joueurs qu’ils peuvent compter sur nous. Et à ce niveau là, Marc montre l’exemple.

Le titre de l'encadré ici

|||

Deux huis clos avant le bain de foule

Arrivé au centre d’entraînement en VTT ce mercredi matin, le XV de France a repris le travail. Premiers à entrer en scène au stade municipal du Chambon-sur-Lignon, les avants ont ouvert l'entraînement, travaillant la touche, la redistribution offensive et le soutien au porteur du ballon. Les trois-quarts ont quant à eux investi la salle de musculation attenante au stade. Cédric Heymans s'est ressenti d'un point de contracture à une cuisse lors de la séance de musculation. Le principe de précaution a été appliqué et le néo Bayonnais ne s'est donc pas entraîné et a consulté le médecin des Bleus. On ne sait pas encore si Heymans passera des examens médicaux ou non. Alexis Palisson et Fabrice Estebanez ont eux aussi été ménagés. Vers 10h30, les rôles ont été inversés et les trois-quarts se sont exercés à l’animation offensive et le jeu de ligne. Comme le contact était de mise, les blessés William Servat, Fulgence Ouedraogo, Imanol Harinordoquy et Fabien Barcella ont à nouveau été dispensés d'entraînement.

Après un repas et un quartier libre, le deuxième entraînement s’est effectué quasiment sans ballon, les Bleus ayant travaillé la précision des placements pour les lancements de jeu et la défense. Après le cocon des huis clos, les Bleus connaîtront ce jeudi leur premier bain de foule, plus de 2 000 spectateurs étant attendus, bien que Chambon-sur-Lignon compte seulement 2 700 habitants. Des tribunes provisoires ont même été érigées pour l'occasion. L'entraînement public qui débutera à 10 heures sera suivi d'une très longue séance de dédicaces. L'occasion pour Marc Lièvremont et ses troupes de mesurer leur cote de popularité.