RMC Sport

Dusautoir, capitaine sûr de lui

Thierry Dusautoir

Thierry Dusautoir - -

Homme de confiance de Marc Lièvremont, le troisième ligne des Bleus a résisté aux tempêtes qu’a traversées le XV de France depuis un an. A deux mois et demi du début de la Coupe du monde, le Toulousain ne doute pas de la confiance qu’il peut encore insuffler au groupe.

Il était de toutes les claques. De celles du printemps, en Afrique du Sud et en Argentine, à celle de l’hiver, en Italie, sans oublier celle de l’automne, au Stade de France contre l’Australie. Un capitaine secoué, cabossé, humilié comme il ne l’avait jamais été aussi souvent sur un temps aussi court lors de sa carrière. A la fin du mois de novembre, la déroute face aux Wallabies (16-59) a failli l’emporter. Il a plié sans rompre, comme quelques mois plus tard, au lendemain du naufrage à Rome (22-21).

Et c’est lui qui guidera le XV de France dans deux mois et demi, en Nouvelle-Zélande, lors de la Coupe du monde. « La question ne se pose pas », répond Thierry Dusautoir quand le sujet de son capitanat et de sa légitimité est abordé. A 29 ans, le Toulousain, qui reste sur une énorme fin de saison avec le champion de France et demi-finaliste de la Coupe d’Europe, n’a pas vu son statut être remis en cause par Marc Lièvremont. Il est toujours son homme de confiance. Et au sein du groupe, son influence n’a pas diminué.

Dusautoir : « Le tout, c’est d’y croire »

« On lui a confié une mission, un rôle, explique son futur ex-coéquipier Cédric Heymans. Je trouve qu’il le remplit très bien. Je ne comprends pas qu’on ait pu mettre en doute ses qualités d’homme, de capitaine, de leader. » A Auckland, le 10 septembre, Thierry Dusautoir prendra donc la succession de Daniel Dubroca, Serge Blanco, Philippe Saint-André, Raphaël Ibanez et Fabien Galthié en tant que capitaine des Bleus en Coupe du monde.

« Je vais rester le même, assure le troisième ligne du XV de France. Je n’ai pas de plan prédéterminé. Je ferai comme je le sentirai. Si j’ai été nommé et maintenu malgré les troubles, c’est que j’apporte à cette équipe et je continuerai à le faire. » Avec un rêve, chaque nuit jusqu’au 23 octobre, soulever le trophée Webb Ellis. « Des rêves, j’ai eu la chance dans ma carrière d’en réaliser quelques-uns, glisse Thierry Dusautoir. Je suis donc bien placé pour savoir qu’il y en a qui peuvent se réaliser. Le tout, c’est d’y croire. » Le message d’un capitaine.

Le titre de l'encadré ici

Garbajosa : « Des soldats et un général »|||

Pour Xavier Garbajosa, le statut de capitaine de Thierry Dusautoir est amplement mérité. « Thierry a des valeurs de combat, de pugnacité, qui sont extraordinaires, explique l’ancien trois-quarts centre international. Je crois qu’il représentera bien les valeurs de ce groupe. C’est bien que toute l’équipe soit derrière un seul homme, Thierry, qui est un peu un général dans une armée. Il y a des soldats et il faut un général. C’est lui. » L’ancien Briviste Olivier Magne estime lui que le Toulousain est « quelqu’un qui sait transmettre sa passion, ses idées, sa volonté, une certaine idée du jeu et de la vie ». « Je crois que Marc (ndlr : Lièvremont) a choisi un capitaine qui lui ressemble » conclut l’ancien troisième ligne des Bleus.