RMC Sport

Elections à la LNR : Tingaud a déposé sa candidature

Alain Tingaud a officiellement déposé sa candidature à la présidence de la Ligue Nationale de Rugby. Il devrait être opposé au Rochelais Vincent Merling. Les deux ont d’ailleurs été auditionnés par les présidents de clubs mardi.

Ce n’est pas franchement une surprise mais c’est désormais une certitude. Alain Tingaud brigue bel et bien la présidence de la Ligue Nationale de Rugby pour succéder à Paul Goze. Selon nos informations, il a "officiellement déposé mardi sa candidature au comité directeur de la LNR en tant que personne qualifiée". Tingaud (66 ans) ne souhaite pas s’exprimer pour le moment, en attendant la publication des candidatures.

Une troisième voie possible

Depuis plusieurs semaines, l’actuel vice-président de la LNR (depuis 2012) a consulté tous les hommes forts de Top 14 et de Pro D2 afin de présenter son projet. Mais d’autres ont fait de même en coulisses, notamment le Rochelais Vincent Merling. Poussé par plusieurs présidents, à commencer par le Racingman Jacky Lorenzetti, Merling devrait lui aussi envoyer sa candidature avant ce week-end (ndlr : la date limite est fixée au 19 février).

Enfin, une troisième voie regroupant plusieurs clubs de Pro D2 et de Top 14 s’est récemment constituée, avec la présence de seize clubs. "L’idée n’est pas de désigner un candidat de plus mais d’étudier les programmes de ceux qui se présentent et il faut envisager qui peut-être président de la Ligue, selon une source interne à cette troisième voie. On doit s’appuyer sur les gens qui se sont déclarés." L’hypothèse de personnalités extérieures au rugby, comme l’ancien Ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, semble être écartée par ce groupe des 16 pour prendre les rênes de la Ligue. "Ce n’est pas envisageable", nous dit-on.

Selon nos informations, tous les présidents étaient en tout cas réunis mardi après-midi en visioconférence pour 'auditionner' Vincent Merling et Alain Tingaud, qui aurait marqué des points hier, avant de trancher définitivement. Et d’ici vendredi, les réunions vont à nouveau se multiplier.

Jean-François Paturaud