RMC Sport

Lakafia, l’inconnu qui menace Chabal

Lakafia, l’inconnu qui menace Chabal

Lakafia, l’inconnu qui menace Chabal - -

Le troisième ligne de Biarritz inaugure notre nouvelle rubrique : les Grosses cotes de la liste des 30 pour la Coupe du monde 2011. En grande forme au BO, il pourrait même chiper sa place à la star du rugby français.

Raphaël Lakafia n’a pas la chance d’avoir connu la « grande » équipe de France. Tour à tour appelé avec les sélections des Moins de 19 ans, puis des Moins de 23 ans, le troisième ligne de Biarritz pourrait pourtant être la surprise de Marc Lièvremont. L’entraîneur des Bleus doit dévoiler sa liste pour la Coupe du monde le 11 mai et plusieurs observateurs ont fait de lui un candidat crédible au voyage en Nouvelle-Zélande. A 22 ans, lui qui n’a commencé le rugby qu’à l’âge de 14 ans, perpétue parfaitement la tradition familiale avec un père, Yves (javelot) et une mère, Laurence (disque), tout deux anciens athlètes et un frère cadet de Pierre-Gilles, ailier au stade Toulousain en partance pour Castres la saison prochaine.
Doté d’un physique massif (1,89m pour 111kg), le jeune homme originaire de Wallis et Futuna est naturellement réservé. Non pas parce qu’il est timide, mais tout simplement parce que le garçon est réfléchi. Posé. Alors quand il parle de l’équipe de France, pas de haussement de voix. « Je lis la presse et ce qu’il se dit, mais pour moi, c’est un truc de journalistes. J’imagine mal une liste sans Sébastien Chabal. Je ne me projette pas du tout en équipe de France. Rien que d’en parler, c’est gênant. »

Déprimé, il est suivi par une psychologue

Les pieds sur terre et la tête sur les épaules, Lakafia n’est pas du genre à s'enflammer. Sans doute parce qu’il vient de loin. Blessé, en surcharge pondérale, il déprimait il y a encore quelques mois et c'est une psychologue, mise à disposition par le BO, qui l'a aidé. « J’ai été suivi parce que je ne me sentais pas bien, explique-t-il sans retenue. Elle m’a aidé en me posant les bonnes questions. Elle a plutôt cherché à savoir pourquoi je n’allais pas bien en dehors du rugby. »
La méthode a du bon. Révélation de la saison sous le maillot biarrot, il a disputé 19 matchs de Top 14 et inscrit 5 essais. Le contraste est saisissant avec sa saison précédente, complètement blanche. Lui qui assure qu’il ne sera pas « en stress » et qu’il n’aura pas « les mains moites » mardi soir, veille de l’annonce de la liste, pourrait d’ailleurs connaître une des plus belles semaines de sa vie. Il pourrait non seulement valider son voyage pour la Nouvelle-Zélande, mais en plus, réussir un BTS en management des unités commerciales qu’il passe en début de semaine. Un beau molosse à la tête bien pleine.

Pierrick Taisne (avec O.S. à Biarritz)