RMC Sport

Le XV de France à l’heure du grand pardon

Thierry Dusautoir

Thierry Dusautoir - -

Laminés par les All Blacks ce week-end (30-0), les joueurs tricolores espèrent terminer leur tournée sur une bonne note à l’occasion du troisième et dernier test face aux Néo-Zélandais, samedi prochain. Histoire de retrouver le sourire et de s’en servir pour construire pour l’avenir.

Dans la grande série des clichés sportivo-culturels hexagonaux, le XV de France a souvent eu droit à la version animalière. Une antienne qui raconte un coq fier et toujours capable de chanter même les pieds dans la m… Et qui trace un parallèle avec la situation du XV de France avant son troisième et dernier match face aux All Blacks, à l’occasion de la tournée en Nouvelle-Zélande, samedi à New Plymouth. Battus lors de la première étape (23-13), humiliés lors de la deuxième (30-0) avec un fanny qui restera longtemps dans les têtes, les Bleus font face à un défi : effectuer une dernière sortie de qualité, victoire ou pas, et lancer sur les bons rails l’opération grand pardon.

Croisé ce lundi au Riffles College, où il était venu assister à l’entraînement des Auckland Blues avec Patrice Lagisquet et Yannick Bru à l’invitation du manager (et légende All Black) John Kirwan, Philippe Saint-André ne nie pas l’évidence : « On a beaucoup de choses à se faire pardonner après le deuxième test. On va essayer de faire un match de grande qualité pour pouvoir obtenir une victoire en Nouvelle-Zélande. »

Kirwan : « La France sera excellente quand elle jouera au niveau de son potentiel »

Se remobiliser. Ne pas lâcher. Tout faire pour montrer un meilleur visage. Alors même ce lundi décrété journée libre pour les joueurs se transforme en séance de travail pour le staff technique. Devant les yeux de Saint-André, Lagisquet et Bru, le dynamisme des séances des Blues. Et des leçons à retenir. « Ils ont pas mal de systèmes et de lancements de jeu qui sont les mêmes que chez les All Blacks afin de leur créer des habitudes collectives », précise PSA.

Meilleurs ennemis lorsqu’ils se retrouvaient sur le pré, Saint-André et Kirwan partagent désormais le destin de ceux qui se triturent les méninges sur le banc pour façonner une équipe. De quoi tendre l’oreille avec intérêt quand le second pose son œil d’expert sur les problèmes du XV de France et la façon de tirer du positif de cette tournée. « Philippe (Saint-André, ndlr) et Patrice (Lagisquet) ont eu le courage de changer cette équipe, analyse le champion du monde 1987. Ils ont une équipe jeune avec des joueurs en devenir qui viennent d’arriver. Cette équipe doit continuer à progresser, c’est le plus important. Elle sera excellente quand elle jouera au niveau de son potentiel. Face aux All Blacks, le premier test était bon, le deuxième beaucoup moins. Les Français ont surtout besoin de trouver la force et le courage pour réaliser un bon dernier match, finir cette tournée sur une bonne note et s’en servir pour continuer à construire ce groupe en vue des prochaines échéances. »

Un repas pour sceller un pacte

Et nos Bleus dans tout ça ? Ce lundi, au surlendemain de la gifle sportive infligée par les Néo-Zélandais, les joueurs ont pu profiter d’une journée « off ». Au programme, réveil à la carte (de 7h pour les plus matinaux à 11h pour les lève-tard), déjeuner par grappes de quatre ou cinq joueurs – habillés en civil – dans divers restaurants d’Auckland (principalement sur le Waterfront du port) puis temps libre jusqu’au dîner en commun organisé au restaurant branché le « Soul », situé sous le Harbour Bridge. Un repas aux allures de scellement de pacte avant le troisième test face aux Blacks. L’opération grand pardon a débuté. « On bascule sur la préparation dès mardi pour faire un grand match samedi », lance PSA. La France de l’ovalie l’espère fort. Sans trop d’illusions non plus.

A lire aussi :

>> XV de France : Les Bleus peuvent-ils se relever ?

>> Rives : "Il faut faire confiance à Saint-André"

>> Nouvelle-Zélande - France : Noir complet pour les Bleus

A. H. avec Laurent Depret, à Auckland