RMC Sport

Machenaud : « Je n’ai pas fait un match catastrophique »

Maxime Machenaud

Maxime Machenaud - -

A l’image de l’équipe de France, Maxime Machenaud a livré une prestation mitigée lors de la défaite face à l’Italie (23-18). Le demi de mêlée accepte les critiques, tout en défendant son bilan personnel.

Maxime, comment s’est déroulée l’analyse de la vidéo après la défaite face à l’Italie (23-18) ?

On avait hâte de revisionner le match pour voir ce qui n’a pas été pour vite rebondir et passer à autre chose. Tout n’a pas été mauvais mais on a fait beaucoup trop de fautes pour l’emporter. On s’est fait un peu taper sur les doigts parce qu’on n’a pas fait les efforts nécessaires pour gagner un match de très haut niveau. On a perdu 16 ballons au contact, ce sont des munitions en moins pour mettre la pression sur l’adversaire. C’était une vidéo assez musclée. Ce qui est normal après une défaite comme celle-là. Le discours ressemblait à celui qui a suivi la défaite face à l’Argentine lors du premier match (23-20 le 16 juin dernier). Il voulait nous réveiller en nous montrant nos fautes stupides.

Cela a-t-il été plus musclé pour la charnière ?

On a quand même fait des bonnes choses en première mi-temps. Tout n’a pas été mauvais. On a eu un passage à vide où on aurait pu organiser le jeu différemment en deuxième mi-temps. On aurait pu remporter le match, même avec ces erreurs. Mais cela leur a permis de nous mettre la pression et de gagner. On a une part de responsabilité, comme l’ensemble de l’équipe. On a à cœur de se racheter même si certaines choses ont fonctionné. Il y a eu deux essais avec des bonnes séquences. Mais il y a eu trop d’erreurs défensives et offensives.

Avez-vous manqué de fraîcheur physique ?

A certains moments, il y avait des séquences très longues où les avants et les trois-quarts avaient plus de mal à se déplacer et à proposer des solutions. Je ne pense pas que la fraîcheur physique ait joué. On a manqué d’organisation et de rythme. Mais il ne faut pas se cacher derrière ça. On va essayer de mieux rentrer dans le match et ne pas rendre trop de ballons pour ne pas mettre l’adversaire dans de bonnes conditions en début de match avec un renvoi direct en touche.

Est-ce difficile de se relever d’une telle défaite en début de Tournoi ?

Evidemment, il y avait d’autres objectifs. On avait envie de remporter ce match absolument. Le but est d’analyser ce qui n’a pas été pour remporter les prochains matchs, compliqués, face à des équipes qui se valent toutes. On va essayer d’être studieux en fin de semaine pour bien préparer le match des Gallois.

« Pas le droit à l’erreur »

Comment avez-vous accueilli le fait que Philippe Saint-André ait reconduit le même groupe ?

Pas mal de choses ont tout de même été positives. Mais il y a eu trop d’imprécisions et de ballons rendus. Ça ne pardonne pas au plus haut niveau. Il n’a pas voulu bouleverser les choses et tout changer. On a fait de bonnes choses par moment. On aurait aussi pu remporter ce match. Ce n’était pas catastrophique. Il ne faut pas tout remettre en cause.

Comment vivez-vous cette première défaite ?

C’est une grosse déception pour l’équipe et pour moi parce que je voulais bien commencer ce Tournoi des VI Nations. On a perdu le match collectivement. Je n’ai pas fait un match catastrophique. Tout ne peut pas être parfait à chaque fois. On a envie de rebondir.

Vous sentez-vous en danger personnellement avant l’annonce de la composition, jeudi (9h30), du XV pour le match face au pays de Galles ?

Comme tous les week-ends. On ne sait pas si on va débuter le match. On va attendre de voir si j’ai l’occasion de jouer ce deuxième match. Après une défaite, si on n’a pas fait la performance attendue par les sélectionneurs… Mais il ne faut trop se préoccuper de ça. On travaille pour un groupe. On n’est pas l’abri d’un changement.

Vous allez affronter une équipe galloise qui reste sur huit défaites consécutives…

La vérité d’aujourd’hui n’est pas celle de demain, les Gallois le montrent. Ils étaient intouchables l’année dernière avec ce Grand Chelem. Cette année, ils ont plus de mal. Ils ont eu des tests de novembre difficiles avec des défaites face à l’Argentine et aux Samoa. Pour nous, il ne va pas falloir se louper une deuxième fois parce qu’on n’aura pas le droit à l’erreur. Devant notre public, on aura à cœur de faire un autre match.

Propos recueillis par PTa et JRi