RMC Sport

Maestri : « Je pensais que c’était terminé »

Yoann Maestri

Yoann Maestri - -

Exclu lors de la victoire du XV de France face aux Tonga le week-end dernier (38-18), Yoann Maestri a été blanchi par la commission de discipline de l’IRB. Le deuxième ligne toulousain pourra jouer face à l’Afrique du Sud samedi.

Yoann, la commission de discipline de l'IRB vous a blanchi après votre carton rouge du week-end dernier face aux Tonga : êtes-vous soulagé ?

Oui, forcément. Je suis heureux de rester dans le groupe et de le retrouver en quelque sorte. Je ne pensais pas y être pour ce dernier rendez-vous. Après le match face aux Tonga, je me suis dit que j’allais être sanctionné au minimum 10 jours. Je pensais que c’était terminé. Ce qui est sûr, c’est qu’on m’a bien défendu à la commission. On a reconnu que c’était une erreur d’avoir réagi comme ça et on a dit qu’on acceptait la décision de l’arbitre. Le fait d’avoir plaidé coupable a joué en notre faveur.

Au moment de votre expulsion, on vous a senti ému...

Sur le moment, c’est une énorme déception de prendre un carton rouge alors que le match se déroulait bien pour nous. C’était la reprise après la mi-temps, il n’y avait aucune raison que cela finisse comme ça. Ça représente déjà beaucoup en club mais encore plus en équipe nationale, pour la famille et les gens qui m’apprécient… C’est surtout ça qui m’a attristé.

Pensez-vous que cela vous servira de leçon ?

Bien sûr. Tout ce qui se passe dans votre vie vous sert de leçon. En tout cas maintenant, je pense que c’est derrière moi. Il ne faudra plus commettre ce genre d’erreurs.

Vous êtes-vous entrainé malgré tout ?

Lundi, je me suis un peu entrainé avec les copains. J’ai couru mais je ne me faisais pas d’illusion et je pensais être suspendu. Finalement, j’ai eu le soulagement de la décision. Ce mardi, j’en ai profité pour tout réactiver, faire un peu de course. Maintenant il faut emmagasiner de l’énergie, faire profil bas par rapport à tout ça et se mettre dans le match. Il faut vite tourner la page.

Ne craignez-vous pas une préparation un peu courte pour le match de samedi ?

Honnêtement pour des matchs comme ça, on appellerait n’importe qui à n’importe quelle heure avant le match, ne serait-ce que pour enfiler le maillot, il serait motivé. La chance que j’ai eu, c’est d’être jugé par la commission dès mardi donc ça laisse quand même du temps pour se préparer et tourner la page.

Votre retour est une bonne nouvelle avant d'affronter une solide équipe sud-africaine...

Oui mais il ne faut pas non plus me mettre trop de pression. Tout le monde est très motivé. On vit très bien dans ce groupe de 30. On est tous sur un pied d’égalité. On connait l’importance de ce match. On va tout faire pour rivaliser avec les Springboks et donner le meilleur.

Comment jugez-vous la deuxième ligne des Sud-Africains ?

Cette deuxième ligne est peut-être, après celle des Blacks et peut-être celle des Anglais, la meilleure du monde. Il y aura un gros défi. C’est une très, très grosse deuxième ligne, même si on ignore encore qui va jouer. Mais qui que ce soit, à ce niveau-là, c’est très costaud.

A lire aussi :

>> Saint-André : « Rivaliser avec l’Afrique du Sud »

>> France-Tonga : Les Bleus renouent avec le succès

>> Guitoune : « Une première bien réussie »

La rédaction