RMC Sport

Maestri, le nouveau mastodonte

Yoann Maestri

Yoann Maestri - -

Yoann Maestri fêtera sa première titularisation en équipe de France, ce dimanche (16h00) en Ecosse. Doté d’un physique hors norme, le deuxième ligne toulousain a toutes les qualités pour s’installer durablement en Bleus. A seulement 24 ans.

Il fait partie de cette caste à part des deuxièmes lignes. Taiseux face à la presse, besogneux sur le terrain. Yoann Maestri (24 ans) ne passe pourtant pas inaperçu quand il trimballe sa grande carcasse de 2,02 m (pour 125 kilos) dans les couloirs de Marcoussis. Dimanche en Ecosse, il fêtera sa première titularisation en équipe de France. Trois semaines après avoir fêté sa première cape face à l’Italie en remplacement de « l’ancien » Lionel Nallet (36 ans). Le Racingman qui dispute son dernier tournoi peut s’en aller l’esprit tranquille : la relève est assurée au poste. « Yoann est mature. Sa force, c’est son mental, explique « Naluche ». Il a une agressivité naturelle. Ça correspond bien pour le poste de deuxième ligne. »

Moins expansif que Pascal Papé - son acolyte de deuxième ligne à Murrayfield - le natif de Hyères (Var) sort les banalités d’usage (« La vérité d’aujourd’hui peut très vite changer » ou « comme tous les matches de rugby, ça commence devant ») d’un joueur couvé et formaté dans le cocon fédéral. Après avoir intégré le Pôle France où il a découvert les équipes de France -19 et -20 ans, il a débuté logiquement en pro à Toulon en 2007, le grand club de sa région, avec qui il a participé à la remontée en Top 14 en 2008.

Un joueur « à entretenir, bonifier, polir »

Après une saison dans l’élite avec le RCT, la « poutre » du pack toulonnais s’en est allé à Toulouse à 21 ans où il a commencé à s’écrire un joli palmarès. Champion d’Europe en 2010 puis champion de France en 2011, le successeur de Fabien Pelous s’est fondu dans le collectif toulousain sans faire de bruit. « C’est un phénomène, décrit William Servat, son coéquipier en club et futur entraîneur. Il a un gros physique et moralement, il donne énormément pour l’équipe. » Ses qualités de coureur, malgré un physique hors normes, en font le prototype du joueur moderne. Un paradoxe à ce poste de vieux briscard. Un atout face à de vifs et entreprenants Ecossais.

« Il a cette capacité à coupler des taches de combat et à couvrir des grandes quantités de déplacement sur le terrain, raconte, épaté, Julien Deloire, préparateur physique des Bleus. 2,02m et 120 kgs ce n’est pas courant et c’est précieux. C’est à entretenir, à bonifier et à polir dans le bon sens. » Déjà retenu en équipe de France A pour prendre part en juin 2009 à la Coupe des Nations, Maestri entre par la grande porte dans une équipe où il est le seul novice avec le Clermontois Wesley Fofana. « Je pense qu’il sera là pour un long moment », conclut Servat.