RMC Sport

McCaw ravive les braises

Richie McCaw

Richie McCaw - -

Présent à une soirée de charité à Christchurch ce lundi, le capitaine néo-zélandais a fustigé le comportement violent des joueurs français lors de la dernière finale de Coupe du monde, le 23 octobre dernier (victoire des All Blacks 8-7). Une sortie médiatique très peu goûtée par les rugbymen tricolores.

Un mois et demi après le coup de sifflet final donné par Craig Joubert, l’arbitre de la rencontre entre la Nouvelle-Zélande et la France (8-7), la finale de la Coupe du monde connaît une suite peu glorieuse et bien loin de la pelouse de l’Eden Park d’Auckland. Jamais avare de gestes à la limite (ou au-delà) du toléré, Richie McCaw a ravivé des braises qui commençaient doucement à s’éteindre. Présent à une collecte de fonds à Christchurch, le capitaine des All Blacks en a profité pour lancer quelques piques en direction des joueurs tricolores. Principal visé, Aurélien Rougerie, accusé d’avoir commis une « fourchette » sur le flanker néo-zélandais. « Les Français sont pires quand ils ont peur, a-t-il lancé. Ils étaient si mauvais qu'ils visaient les yeux. (…) Mon œil me faisait mal et j'avais du mal à voir correctement. Je suis étonné de constater qu'il (Rougerie, Ndlr) n’ait pas été cité à comparaître. »

Si Rougerie n’a pas souhaité réagir, Sébastien Chabal s’est montré surpris par de tels propos. Absent du groupe tricolore pour la Coupe du monde néo-zélandaise, le joueur du Racing-Métro 92 ne comprend pas le timing de l’intervention de McCaw. « Je ne sais pas pourquoi un joueur de son calibre remet ça sur le tapis aujourd’hui, confie-t-il. Je serais lui, je ne dirais pas grand-chose sur le match car l’équipe de France méritait de gagner. Il y en a qui feraient mieux de garder leur langue dans leur bouche (sic). »

Papé : « Il a trouvé ça pour se divertir »

Même son de cloche chez Imanol Harinordoquy, titulaire lors de la confrontation face à la Nouvelle-Zélande et donc au cœur du combat face à McCaw. « Honnêtement, cela ne me fait ni chaud ni froid, avoue le Biarrot. Je trouve que c’est quand même petit car déjà quand tu perds, tu n’en rajoutes pas. Quand tu gagnes et que tu es champion du monde, je ne trouve pas ça terrible. »

Lui aussi sur la pelouse de l’Eden Park d’Auckland, Pascal Papé préfère sourire de cette provocation, tout en rappelant les antécédents de l’ex-meilleur joueur du monde : « Il ne faut pas oublier que ‘notre ami Mc Caw’, sans rentrer dans la polémique, a mis un beau coup de genou à Morgan Parra, qui a dû quitter le match. Il s’est fait opérer du pied, il est dans son canapé et n’a rien à faire en ce moment. Il a trouvé ça pour se divertir. (…) Il dit qu’il ne voyait plus rien, c’est pour ça qu’il rentrait sur les côtés des regroupements. » Une chose est sûre : les éventuelles retrouvailles entre McCaw et les Bleus risquent d’être musclées...