RMC Sport

Nallet retrouve les Bleus

-

- - -

A 35 ans, le deuxième-ligne aux 70 sélections a été convoqué lundi par Philippe Saint-André pour pallier le forfait de Romain Millo-Chlusky, blessé , pour le stage de préparation au Tournoi des VI Nations.

Lionel Nallet pensait sans doute avoir disputé son dernier match avec les Bleus au mois d’octobre dernier, à l’occasion de la finale de la Coupe du monde perdue face aux All Blacks (8-7). Depuis ce lundi, l’aventure du deuxième-ligne international sous le maillot de l’équipe de France a repris un peu de relief.

Le nouveau sélectionneur, Philippe Saint-André, a en effet appelé le joueur du Racing-Métro pour pallier le forfait du Toulousain Romain Millo-Chlusky (luxation de l'épaule droite), lors du stage de préparation au tournoi des VI Nations (du 23 au 25 janvier). « On a choisi un joueur qui avait le même profil que Romain, explique Yannick Bru, l’adjoint de "PSA". Un joueur capable de jouer sur le côté droit de la mêlée. Un gros pousseur. Nallet a tout ça. Philippe Saint-André a toujours dit que l’âge n’était pas rédhibitoire et que Nallet devait rester à disposition de l’équipe de France. Tout cela est cohérent. »

Chabal : « Il fait encore des matches exceptionnels »

Le retour de Nallet en Bleu n’est donc pas une immense surprise : « On en parlait ce lundi matin autour d’un café en voyant la blessure de Romain, a déclaré son ami et partenaire Sébastien Chabal dans le Moscato Show, sur RMC, où il est consultant rugby tous les lundis. Il se doutait qu’il allait réintégrer les 30. Il fait encore des matches exceptionnels. Contre Perpignan, il a encore réalisé 23 ou 24 plaquages ! Philippe connaît sa valeur. Il sait que Nallet fera le boulot. »

Si le joueur âgé de 35 ans ne représente pas l’avenir du rugby tricolore, doit-on en déduire que cette convocation parmi les 30 est un ticket pour le Tournoi des VI Nations ? « Cela va être difficile de ne pas le faire jouer au moins le premier match, appuie Sébastien Chabal. Lionel doit être ravi d’être rappelé mais ces trois jours de stage doivent l’embêter. Quand on a 35 ans et 70 sélections et qu’on a passé trois-quatre mois loin de sa famille, repartir pour trois jours de stage en hiver, ce n’est pas très marrant. Du coup, Philippe va peut-être compter sur lui lors des premiers matches du tournoi. » La saison des cadeaux n’est donc pas finie pour Lionel Nallet.