RMC Sport

Ne l’appelez pas encore « Sir » Wilkinson

Jonny Wilkinson

Jonny Wilkinson - AFP

Alors que le Daily Mirror annonçait qu’il serait élevé au grade de « Sir » ce jeudi, Jonny Wilkinson est finalement absent de la liste de ceux qui recevront cet honneur. Mais ce n’est sans doute que partie remise pour le jeune retraité, champion du monde en 2003 avec l’Angleterre.

Sa science du jeu et ses drops dans le « money time », dont le plus célèbre en finale de la Coupe du monde 2003 face à l’Australie (20-17), ont déjà fait de lui une légende. Et même un peu plus que ça. Depuis de longues années déjà, au gré de ses exploits rugbystiques qui en ont fait l’un des meilleurs ouvreurs de tous les temps, Jonny Wilkinson a le privilège de voir le mot « Sir » placé devant son nom. Un titre honorifique pour l’ancien joueur de Toulon, mais pas officiel.

Et si le Daily Mirror annonçait que Wilkinson serait enfin élevé au grade de « Chevalier du Royaume » cette année, le tabloïd britannique s’est un peu avancé. Dans la liste des personnalités qui seront anoblies par la reine Elisabeth II ce jeudi, le nom de Jonny Wilkinson n’apparaît pas, au contraire de ceux de Sarah Hunter et Rochelle Clark, championnes du monde de rugby cette année.

Déjà « Officier de l’ordre de l’Empire britannique »

Après avoir reçu des centaines de messages de félicitations sur Twitter, à la suite de la « révélation » du Daily Mirror, « Wilko » avait remercié ses fans. Mais quelques heures plus tard, le jeune retraité a rectifié, sans la moindre aigreur : « Peut-être pas sur la liste au fait. Félicitations à ceux qui le seront (Chevalier, ndlr) et aux nombreuses personnes qui méritent de l’être. » Ce n’est sans doute que partie remise pour celui qui a déjà été fait « Officier de l’ordre de l’Empire britannique » en 2004.