RMC Sport

Nouvelle-Zélande – France : cette fois, c'est sévère

Antonie Claasen

Antonie Claasen - -

Bien plus vaillants et solides qu'à Christchurch, les Bleus se sont inclinés une troisième fois face aux Blacks, ce samedi, à New Plymouth (24-9). Le score est sévère pour les joueurs de Philippe Saint-André.

Ils ne voulaient pas quitter la Nouvelle-Zélande fanny. Manqué. Mais ils avaient surtout promis de ne pas rester sur leur déroute de Christchurch (30-0), où ils avaient pris le bouillon, tout simplement. Retour de Dan Carter ou pas. Large revue d’effectif effectuée par Philippe Saint-André (huit changements) ou non. Sur ce point, les Bleus ont tenus parole. Impuissants, dépassés il y a une semaine face aux Blacks, ce sont des Tricolores beaucoup plus gaillards et vaillants qui se sont présentés une troisième et dernière fois aux Néo-Zélandais. Sans succès, malheureusement. Moins fringants dans le finish, les Bleus ont même craqué dans les derniers instants (24-9), concédant une défaite bien sévère au vu de leur prestation sur la pelouse du Yarrow Stadium.

Sévère, car les Français du jour n’étaient pas ceux de la semaine dernière. Pour sa première face aux Blacks, Flanquart ne s’est pas démonté. Même chose pour la charnière Talès-Doussain, qui avait des choses à prouver, à confirmer, après leur belle entente face aux Auckland Blues et qui a démontré de l’allant, de l’envie et de la solidité. Mais tout cela s’est révélé insuffisant face aux champions du monde en titre. Si le XV de France et ses petits nouveaux ont eu, par deux fois, les commandes du match (3-0, 3e minute, 9-8, 45e), les Blacks ont toujours fait la course en tête. Pis, ils ont toujours dégagé, même au plus fort de la domination française, une incapacité à flancher assez manifeste.

Laporte : « C’est difficile pour l’équipe de France »

Bousculés, comme sur cette percée, notamment d’Andreu (13e), les Néo-Zélandais ont pu compter sur leur jeu au pied pour écarter le danger bleu. Carter ? Le boss a fait le boulot pour son retour. Certes, l’ancien Perpignanais a manqué trois pénalités et s’est fait immédiatement contrer, à peine 20 secondes après le coup d’envoi. Mais celui qui avait séché les deux premiers tests matches en raison d’une blessure à la main droite n’a jamais tremblé au moment de mettre les siens sur orbite (14 points). A la différence de Doussain, auteur de deux poteaux rentrants (39e et 45e) qui aurait pu gonfler l’avance des Bleus s’il n’avait pas manqué deux de ses coups de botte (21et 31e).

La volonté des Bleus n’aura suffi ni à enrayer une spirale de la défaite qui commence à peser (6e défaite sur leurs 8 derniers matches depuis le mois de février). Ni à relever une tournée ratée et à tordre le cou au fameux dicton « jamais deux sans trois ». Ni à tenir jusqu’au bout, à ne pas craquer et à ne pas laisser filer Barrett, bien à propos pour reprendre le coup de pied à suivre de Smith, dans leur en-but. « C’est difficile pour l’équipe de France, juge l’entraîneur de Toulon et membre de la Dream Team RMC Sport, Bernard Laporte. On ne les met jamais en difficulté, on n’a pas de réelles occasions d’essais. Mais si j’étais déçu samedi dernier, aujourd’hui on a vu de l’engagement, de la solidarité, de l’abnégation. On a été bon défensivement, ils ont eu du mal à nous traverser. On est fier de notre équipe. » Même Steve Hansen, le guide des Blacks, y est allé de son petit hommage. « Les Bleus ont joué leur meilleur match de la série. Je suis heureux d'avoir gagné. Ils nous ont fait faire des fautes. » Pas sûrs que cela suffira à consoler la bande à Saint-André, qui retrouvera ses bourreaux en novembre prochain, lors de la tournée d'automne...

A lire aussi

La fiche du match

Laporte : « On est fiers de notre équipe »

L'actu du XV de France

A.D