RMC Sport

Pas de vuvuzela pour le rugby

Une vuvuzela

Une vuvuzela - -

Les trompettes traditionnelles sud-africaines étaient bannies du stade de Newlands au Cap pour le match Afrique du Sud - France en rugby. L'ambiance n'avait rien à voir avec celle du Mondial.

« No vuvuzela ». Écrit au feutre noir sur une feuille de papier blanche 
à l’entrée du Sprinboks Pub jouxtant le stade de Newlands au Cap, l’interdiction Interpelle. A quelques hectomètres du Green Point stadium du Cap ou les Bleus ont entamé leur Mondial, au cœur d'un pays qui vibre au son de sa trompe en plastique, il est une enclave où elle n’a pas droit de cité. L’affiche entre les champions du monde springboks et le XV de France en rugby s’est ainsi déroulée dans une ambiance de cathédrale. Quel contraste avec le bourdonnement devenu familier des vuvuzelas ! Comme s’il manquait quelque chose dans cette autre Afrique du Sud. Même si quelques maillots jaunes des Bafana Bafana fleurissent au milieu des tuniques verte et or des supporters des Boks dans les tribunes plongeantes de cet autre stade du Cap, nous sommes tout près de la Coupe du Monde. Mais en dehors. Seul point commun avec le match des Bleus la veille : les supporters français. Beaucoup ont prolongé leur séjour pour encourager les vainqueurs du Grand Chelem. Ils repartent avec la défaite (42-17) mais en espérant une revanche, en football cette fois-ci face aux Bafanas dans deux semaines. Ce choc de rugby entre champions du monde et d' Europe est passé comme une ombre au cœur de l’euphorie d' un événement écrasant. Même les supporters sud-africains semblent blasés a l’heure de la pinte de bière d'après-match. La victoire était peut être trop facile, ce match trop décalé, son ambiance trop fade. Sans ces agaçants mais si festifs et attachants vuvuzelas.

François Pesenti au Cap