RMC Sport

Poitrenaud : « Déjà une victoire d’être dans les 30 »

Clément Poitrenaud

Clément Poitrenaud - -

Il a fait partie des absents de la dernière Coupe du monde. A 29 ans, Clément Poitrenaud fait son retour en équipe de France à l’occasion du stage des Bleus qui a débuté ce dimanche. L’arrière toulousain ne veut plus laisser passer sa chance.

Clément, comment s’est passée la première séance d’entraînement ?

On est dans une phase de découverte. Ça se passe plutôt bien. Il y a un mélange de professionnalisme, mais aussi de bonne humeur. On sent que tout le monde est content de se retrouver. Le premier entraînement a été plutôt studieux. Chacun était très concentré. Patrice Lagisquet est rentré dans le vif du sujet en gesticulant et en criant deux ou trois fois. C’est bien. On commence à appréhender nos coachs.

Avez-vous senti un changement par rapport à ce que vous avez déjà connu ?

On se connaît très bien pour la plupart. Je n’ai pas participé à la Coupe du monde, mais je connais 90% des garçons présents. Nous avons une histoire les uns avec les autres. Ça permet de lever les inhibitions, de bien communiquer et de bien vivre ensemble. On a plaisir à se retrouver. On commence à se faire des copains, même si on joue les uns contre les autres. C’est vrai qu’on a la sensation de débuter une nouvelle aventure en espérant qu’elle se termine bien dans quatre ans. Pour la plupart d’entre nous, la participation à la Coupe du monde reste le principal objectif. Mais on sait que le parcours est semé d’embuches, à commencer par ce premier match contre l’Italie.

« Pas là pour faire de la figuration »

Que vous a dit Philippe Saint-André ?

Philippe vous en parlera. C’est à lui de déterminer les objectifs du groupe. Maintenant, il ne faut pas se leurrer. Nous ne sommes pas là pour faire de la figuration. On a tous envie de bien débuter et ça commence par un bon match contre l’Italie. On a tous en tête la défaite de l’année dernière contre ces mêmes Italiens (ndlr : 22-21 à Rome). Il faut avoir des objectifs à moyen et long terme, mais il ne faut pas bruler les étapes et rester concentré sur le début du Tournoi.

Etes-vous stressé à l’approche de la divulgation de la liste des 23, qui sera communiqué jeudi ?

Non, on n’en est pas là. On est en phase de découverte du système de jeu. On sait qu’il y aura une opposition mercredi matin qui risque d’être musclée. C’est logique car chacun va vouloir montrer ses capacités et qu’il mérite sa place. Mais l’important était d’être dans ce groupe de 30 pour avoir la confiance de Philippe Saint-André et de son staff. On espère tous forcément y être, mais le Tournoi est long. Présent ou pas, il faudra rester concentré.

Vous parliez de la Coupe du monde, cette présence dans les 30 est-elle un moteur pour la suite ?

C’est important pour moi qui n’étais pas à la Coupe du monde. Ça été douloureux. C’est déjà une victoire d’être dans cette liste de 30. Il y a quatre ans, je n’étais pas de la première liste de Marc (Lièvremont) et je ne fais pas la Coupe du monde. En étant dans la première liste de Philippe, j’espère lui donner toutes les raisons de continuer avec moi et j’espère pouvoir aller jusqu’à cette Coupe du monde.