RMC Sport

Rugby: après son coming out, Clamy-Edroux raconte le soutien de son père et du Top 14

Jérémy Clamy-Edroux, pilier de Rouen en ProD2, fait partie des six sportifs qui ont fait leur coming out dans le documentaire diffusé sur Canal+, "Faut qu'on parle". Le joueur de 30 ans avait annoncé que son père découvrirait homosexualité en visionnant avec lui le reportage.

"C’est la télé qui lui dira…" Jérémy Clamy-Edroux, rugbyman en Pro D2 à Rouen, ne peut retenir ses larmes au moment d’évoquer son père. L’un des six sportifs à avoir révélé publiquement son homosexualité dans "Faut qu'on parle", le documentaire diffusé samedi sur Canal+ a fait preuve d’un grand courage pour témoigner sur un sujet encore tabou dans le monde du sport.

Mais si la majeure partie de sa famille était au courant de son attirance pour les hommes, ce n’était pas encore le cas de son papa. Le pilier appréhendait sa réaction. "Papa vient d’un milieu rural en Martinique, un milieu macho, dix frères, une sœur, catholique et antillais : tout ça mélangé, ce n’est pas facile. Et papa est très distant, froid… "

"Il m’a dit "pourquoi tu ne me l’as pas dit plus tôt ?""

Alors, comme annoncé dans le documentaire, le joueur normand s’est rendu chez ses parents pour regarder le reportage en présence de son père mais aussi de sa mère et de ses deux grandes sœurs. "Tous les ans pour la Fête des pères, j’offre une bouteille de wisky japonais au mien, raconte Jérémy Clamy-Edroux jeudi à L’Equipe. Il aime bien. Dimanche, je lui ai servi un verre et je m’en suis servi un. Je lui ai dit : 'Je te demande de regarder ce reportage jusqu’à la fin et de ne pas parler. On parlera après ou plus tard.'"

Plus tard, c’est à peine une heure, au téléphone : "Mon père m’a dit que c’était bien d’avoir fait ce reportage, qu’il est fier de moi, que je reste son fils. Qu’il m’aime, même s’il ne me l’avait jamais dit comme ça. Il m’a dit aussi de continuer à tout défoncer dans le rugby. Il m’a dit 'T’emmerdes les gens' et "pourquoi tu ne me l’as pas dit plus tôt ?' Je lui ai répondu que je n’avais pas forcément le courage. Il m’a dit : 'pani problem'" ("pas de problème" en créole).

Des marques de soutien du Top 14

Jean-Claude, son papa, le savait en réalité déjà. "C’est mon fils. J’ai 65 ans, j’ai vécu, je vois beaucoup de choses", dit-il. Soulagé par la diffusion du documentaire et la réaction son père, le rugbyman rouannais est un homme heureux. Il a été particulièrement touché par les nombreux messages qu’il a reçus.

"Des copains, des gens que je ne connais pas, des pros du Top 14." Et même des internationaux comme Mathieu Bastareaud ("Bravo pour ton courage. Respect", lui a écrit "Basta") : "Je suis dans un état d’euphorie, comme un oiseau qui a du mal à décoller, parce que j’ai du mal à réaliser, savoure Jérémy Clamy-Edroux. Au final, ce n’est rien de le dire. C’est juste une vérité, ça ne devrait pas être aussi dur de dire ce qu’on est, ce qu’on aime. Qu’on nous laisse vivre tranquillement ! Vous, les hétéros, on ne vous fait pas chier !"

ABr