RMC Sport

Natation: Stravius explique les raisons de son coming out

Comme cinq autres sportifs, le nageur français Jérémy Stravius a révélé son homosexualité samedi dans "Faut qu’on parle", un documentaire diffusé sur Canal+. En marge des championnats de France de natation, l’Amiénois a expliqué pourquoi il a décidé de sortir du silence.

Il avait toujours refusé d’en parler. A 32 ans, Jérémy Stravius a brisé un tabou en révélant publiquement son homosexualité. Le nageur, sacré champion du monde du 100m dos en 2011, a décidé de faire son coming out dans le cadre d’un documentaire diffusé samedi sur Canal+ "Faut qu’on parle". Comme cinq autres sportifs (Céline Dumerc, Astrid Guyart, Kévin Aymoz, Amandine Buchard et Jérémy Clamy-Edroux), Stravius, rassuré par la présence de ces athlètes, a accepté de parler. Une prise de parole courageuse qui arrive à la fin de sa carrière.

Faire passer un message pour les plus jeunes

"Si on m’avait présenté ce concept il y a cinq ans, j’aurais dit oui", assure l’Amiénois ce lundi dans les colonnes du Parisien. Et le nageur de s'expliquer sur les raisons de son choix : "J’ai toujours refusé parce que je ne voulais pas être le porte-drapeau. D’ailleurs, je trouve le mot violent. Mais je ne cachais rien, c’était naturel. Ça fait longtemps que je vis avec ce statut. Si on me demande, je le dis sans mentir, sinon je ne dis rien. On n’a pas fait ce doc pour nous mais plus pour les autres. Je voulais vraiment faire passer un message pour les plus jeunes…"

"Je ne veux pas que ceux qui sont en début de carrière soient gênés"

En couple depuis huit ans avec son compagnon, il assure que tout le monde était au courant et ne ressentait donc pas le besoin de le dire ouvertement. "Il y a un moment qui m’a marqué. Je suis dans un ascenseur avec Amaury Leveaux et il me demande comment s’appelle mon copain. Il a eu le courage de m’en parler sans passer par quelqu’un d’autre. C’est l’un des rares à l’avoir fait. Vous n’imaginez pas le soulagement… Je ne voyais pas l’utilité de le dire si ce n’est de créer des barrières alors que cela n’avait aucune incidence sur mes performances. On ne sait jamais comment les autres peuvent réagir."

Aujourd’hui, Jérémy Stravius espère que son coming out aidera les plus jeunes athlètes. "Je ne veux pas que ceux qui sont en début de carrière soient gênés. Si je peux être un témoin, les aider à sauter le pas, je suis prêt à assumer ce rôle. J’en parle pour la première fois parce que je veux aider", conclut-il.

ABr