RMC Sport

Saint-Etienne-Lyon, l’autre derby

-

- - -

A l’ombre de leurs voisins footballeurs, le CASE et le LOU s’affrontent ce dimanche (15h10) dans une rencontre décisive pour l’avenir des Rhodaniens : en cas de succès, les Lyonnais joueraient la saison prochaine en Top 14.

Le chemin de croix touche à sa fin. Promu en Pro D2 au printemps dernier, Saint-Etienne en termine avec son premier exercice en deuxième division du rugby français. Une victoire, un nul, dix-sept points au compteur, le bilan pourrait faire déprimer les fidèles du stade l’Etivalière. Mais le CASE (Club Athlétique de Saint-Etienne) sort grandi de l’expérience ; ce sont les voisins de Lyon qui l’assurent. « Saint-Etienne est culturellement un nouveau club de rugby qui a fait un travail exceptionnel depuis dix ans », note Raphaël Saint-André, entraîneur du LOU.

Derrière les louanges, un respect mutuel entre les deux équipes. Pas question de rechercher la moindre animosité, comme en football. « Il n’y a pas d’opposition entre les deux clubs, continue Saint-André. Ce n’est pas un vrai derby. Plus un match entre deux voisins. » Le vice-président de Saint-Etienne, Laurent Pietrocola, reprend : « Il n’y a pas d’animosité, d’antériorité et d’historique entre les deux clubs. Les dirigeants s’entendent bien, les supporters s’entendent également très bien. »

Une fête prévue en cas d'accession

Pour célébrer l’événement, les dirigeants stéphanois ont décidé de délocaliser ce premier derby de l’Ovalie dans le Forez à Geoffroy-Guichard. A l’aller, les Lyonnais, leaders de Pro D2, et certains de retrouver l’élite en cas de nul ou de victoire ce dimanche contre le CASE, s’étaient imposés 37-0. Cette fois, les coéquipiers de l’ancien clermontois Alexandre Péclier espèrent contrarier les plans lyonnais, alors que 40 000 invitations ont été distribuées, et ainsi montrer que leurs sept accessions en dix ans n’avaient rien d’un hasard.

Absent de l’élite depuis 1995, Lyon, champion de France en 1932 et 1933, aborde son match dans la peau du grand favori. Le club a affrété 60 cars pour ce court déplacement, alors que 15 000 supporters sont attendus. En cas d’accession, une fête est déjà programmée juste à côté du stade de Gerland, là-même où l’OL tentera de sauver sa saison contre l’OM ce dimanche soir (21h). « Tout est lié pour nous, pour finir sur une belle note à Saint-Etienne, glisse le président Yvan Patet. A nous de saisir l’occasion. » Avant de relever le défi de la montée en Top 14.

P.Ta. avec E.J. à Lyon