RMC Sport

Rugby: Gabin Villière vise Tokyo avec le VII de France

Gabin Villière

Gabin Villière - ICON Sport

Quelques semaines après avoir terminé sa saison de Top 14 avec le RC Toulon, Gabin Villière se prépare pour un nouvel objectif: aider l’équipe de France de rugby à 7 à décrocher son ticket pour les Jeux Olympiques de Tokyo.

Pas de vacances pour Gabin Villière, du moins pas tout de suite. L’ailier toulonnais n’a pas eu le temps de gamberger sur l’absence du RCT en barrages de Top 14. "J’ai toujours voulu manger du rugby tout le temps, explique le joueur de 25 ans. Ce n’est pas parce que la saison s’est terminée en rugby à XV que j’allais attendre pour avoir de nouveaux objectifs."

Le nouvel objectif, c’est le TQO (tournoi de qualification olympique) disputé à Monaco ce week-end. Sur la pelouse de Louis II, la France y affrontera la Jamaïque, le Chili, l’Ouganda et Hong-Kong en phase de poules. "En rugby à VII, sur tous les matchs, tout peut basculer. Ce sera relativement dur, il y aura du beau monde avec les Tonga, Samoa, l’Irlande… " Des équipes que les Bleus pourraient retrouver en demies voire en finale où seul le vainqueur décrochera son ticket pour Tokyo.

Jérome Daret: "Gabin est dans le projet olympique depuis le départ"

Il y a quelques mois, Gabin Villière (4 sélections avec le XV de France de Fabien Galthié) ne pensait pas forcément pouvoir faire partie de cette aventure. "Je savais qu’en arrivant à Toulon et en Top 14, j’allais m’écarter du rugby à 7 et finalement j’ai eu cette opportunité de rejoindre ce groupe. C’est avec plaisir et beaucoup d’enthousiasme que j’arrive". Un enthousiasme partagé par son capitaine Jean-Pascal Barraque "C’est un gros compétiteur, il nous a beaucoup servi à VII dans les années passées, c’est un réel plaisir de le retrouver avec nous car on sait qu’il va nous apporter".

De la vitesse, de la percussion, des appuis redoutables, une plus-value indéniable pour l’entraîneur des Bleus Jérôme Daret: "Gabin n’arrive pas à VII, il est dans le projet olympique depuis le départ. Il a émergé au point d’atteindre le XV de France et c’est super. On va désormais compter sur lui pour ce TQO en espérant qu’il nous apporte ce qu’il nous a apporté sur le dernier tournoi qu’il a joué avec nous à Hong Kong." En terre asiatique, il y a deux ans, le natif de Vire (Calvados) avait été désigné meilleur joueur du tournoi Seven’s World Series à l’issue duquel la France avait décroché la médaille d’argent.

Revenir plus fort

Retrouver l’équipe de France de rugby à VII, c’est retrouver un nouvel état d’esprit. "Un peu plus jovial, selon Jean-Pascal Barraque. Il y a moins de pression qu’à XV, on est plus dans l’esprit famille, on vie tout le temps ensemble. En revanche, sur le terrain, les efforts physiques ne sont pas les mêmes, on a moins le temps de se reposer qu’à XV". Qualifiée de "Formule 1 du rugby" et de "guerre psychologique permanente" par l’entraîneur Jérôme Daret, la discipline à VII se révèle plus intense que sa cousine avec deux périodes de sept minutes et plus d’espaces à exploiter.

Gabin Villière souligne lui la complémentarité entre les deux pratiques. "Je ne pense pas au XV ou au VII mais au groupe France. Je sais que je vais continuer à progresser, je vais reprendre d’autres repères et aspects techniques que j’avais peut-être perdu avec le XV ce qui me permettra de revenir plus fort, explique l'international français.  C’est intéressant de passer par les deux filières car ça apporte beaucoup d’éléments sur tous les aspects du jeu, c’est grâce à ces deux disciplines que j’en suis là aujourd’hui."

Le rêve de Tokyo

Sixième nation au classement mondial, la France fera partie des favoris pour ce TQO de Monaco. Si ne pas aller à Tokyo serait un échec, Jérôme Daret préfère penser positif. "Participer aux Jeux est un rêve et gagner une médaille d’or est unique, on ne se rappelle que de celui qui est champion olympique et on a cette ambition. C’est vrai qu’on part de plus loin que certains mais on ne nous attend pas alors feu! Il n’y a qu’une équipe qu’on n’a pas réussi à battre, ce sont les Sud-Africains… mais on n’est pas loin, on leur met la pression, on rrive (Rires)".

Soudée, l’Equipe de France fera de cette unité sa force majeure pour tenter de décrocher un ticket qui fait aussi fantasmer Gabin Villière. "Dans la carrière d’un joueur on n’a pas tous l’occasion de faire les JO, si ça arrive une fois dans une vie, ce serait déjà énorme., c’est un objectif mais aussi un rêve qui pourrait se réaliser". Si qualification olympique, le Toulonnais pourrait devoir choisir entre Tokyo avec le VII ou une tournée en Australie avec le XV, le choix du roi.

Clément Brossard