RMC Sport

Saint-André choisit la continuité

Philippe Saint-André

Philippe Saint-André - -

Pour sa première liste des 23, le nouveau sélectionneur du XV de France a décidé de faire confiance à une large majorité de joueurs expérimentés et ayant disputé la dernière Coupe du monde. Avec pour unique objectif de battre l’Italie, le 4 février prochain (15h30).

La révolution de palais attendra. A moins de deux semaines d’étrenner son tout nouveau costume de sélectionneur du XV de France, en ouverture du tournoi des VI Nations face à l’Italie, Philippe Saint-André a fait dans le classique. Parmi les 23 joueurs appelés ce jeudi, 16 faisaient partie du groupe qui s’était incliné en finale du dernier Mondial face à la Nouvelle-Zélande (8-7), le 23 octobre dernier… et 14 étaient titulaires. Les autres membres de cette liste sont des hommes en forme ces dernières semaines. Des choix dictés par la volonté de l’ancien homme fort de Toulon de voir son équipe immédiatement en ordre de marche. « Je pense que c’est assez cohérent, déclare-t-il. (…) On a aussi des joueurs en forme en ce moment, comme Beauxis et Malzieu. »

Des décisions qui éjectent notamment Luc Ducalcon, le pilier castrais présent dans la première liste des 30, du groupe qui débutera le Tournoi, au profit du revenant David Attoub. « Luc Ducalcon a eu seulement 25 minutes de jeu depuis le 7 janvier, souligne le nouveau sélectionneur des Bleus. On avait annoncé la liste des 30 le 5 janvier, on l’a trouvé encore un petit peu court. »

Saint-André : « Pour l’instant tout va bien, je suis invaincu ! »

En préférant les trentenaires Attoub, Bonnaire, Harinordoquy et Nallet aux plus jeunes Ric, Nyanga ou Ouedraogo, Philippe Saint-André a clairement fait de l’expérience un critère incontournable pour cette première liste. Toutefois, deux petits nouveaux font leur entrée dans la « maison France ». Il s’agit du Toulousain Maestri et du Clermontois Fofana, tous deux âgés de 24 ans. Des paris sur l’avenir pour le nouveau patron des Bleus : « On va essayer de se servir de la base des mondialistes mais aussi, à dose homéopathique, de penser aux jeunes à gros potentiel qui, on l’espère, seront les tauliers dans quatre ans. » Reste à savoir si ces choix suffiront à faire oublier l’humiliation subie l’an passé par les Bleus face à ces mêmes Italiens (21-22). « Pour l’instant tout va bien, je suis invaincu ! », souffle Saint-André avec le sourire, et avec la ferme intention de conserver ce statut dans 10 jours.