RMC Sport

Saint-André : « Continuer à croire en nous »

Philippe Saint-André

Philippe Saint-André - -

Avec sa défaite contre l’Afrique du Sud (10-19) samedi soir, le XV de France vient de clore une année 2013 plus que mitigée. Mais Philippe Saint-André, l'entraîneur des Bleus, refuse d’être résigné et veut croire en des lendemains meilleurs.

Un bilan contrasté

« C’est vrai qu’on a eu des défaites. Mais samedi soir, on a pu voir le Stade de France pousser derrière les Bleus et chanter la Marseillaise. On a une équipe qui ne triche pas, se donne à 150% et se montre généreuse. Sur les six derniers matches, on a joué cinq fois la meilleure nation mondiale (la Nouvelle-Zélande) et la deuxième (l’Afrique du Sud). L’écart entre ces nations et nous existe, mais on va arriver à le combler à force de travail. Il faut continuer à avoir la tête haute, à croire en nous. Le VI Nations 2014 est très important avec trois matches à domicile. Il faudra valider les progrès des derniers matchs même s’il y a des défaites. »

De vrais progrès

« On a plus de certitudes, un groupe plus étoffé. On a trouvé un autre ailier avec Guitoune. Devant, Nicolas Mas, Rabah Slimani ont amené beaucoup d’assurance. La différence avec les meilleures nations c’est la simplicité et l’efficacité. On l’a vu, ils ont été parfaits et nous ont donné une leçon de réalisme. Les Sud-Africains, on les connaît, ils préfèrent pratiquement défendre que d’avoir le ballon. Quand tu cours après le score, ils sont dans ce qu’ils aiment faire, te contrer. Ils nous rendaient 7 kilos par joueur. Nos joueurs ne vont pas les prendre à Noël à part s’ils mangent beaucoup de dinde et de marrons. Il y a un vrai fil conducteur dans le fait qu’on a choisi des hommes qui progressent. On a battu les Tongiens en changeant six joueurs sans que le collectif ne soit touché. Pour préparer la Coupe du monde, on aura plus de temps et des matches amicaux. Ce sera une préparation de très, très haut niveau. On a une confiance énorme. Il y a un écart actuellement, mais avec deux mois et demi de vécu ensemble, on sera logé à la même enseigne. Les Sud-Africains, cela fait cinq mois qu’ils vivent ensemble. Pas nous. »

Le Top 14 pas au niveau ?

« Je n’ai pas envie de rentrer là-dedans. J’ai autre chose à penser. J’ai à gérer un groupe : on va essayer d’aller débriefer avec tous les joueurs cette tournée de novembre, de se voir et de se préparer pour ce VI Nations. Vous savez, je l’ai dit et répété : Bernard Laporte avant le disait, Marc Liévremont aussi. Maintenant, ce n’est plus de mon ressort. »

Le Tournoi des VI Nations en 2014

« Sincèrement, je pense qu’on va avoir un VI Nations de très haut niveau. C’est quelque chose d’important dans l’ADN du rugby français. Il faut faire confiance à notre président et à la Ligue. Pour l’instant, il n’y a aucune convention donc on ne sait pas si on va les avoir 5 jours, 6 jours, 15 jours avant le VI Nations, comme tous les autres pays. Tous les autres pays du VI Nations sont en stage 15 jours avant le premier match. On va voir et si on n’a rien, on continuera avec un petit stage de 3 jours par-ci par-là. On s’adaptera et on sera compétitifs pour ce Tournoi. On a 80% de l’équipe qui appartient à une nouvelle génération. Elle sera là pendant huit ou dix ans comme les Bonnaire, Nallet, Yachvili avant eux. Ce sont des compétiteurs. Ils ont une férocité et une envie folle de réussir. »

Le poste de sélectionneur menacé ?

« En club, tu es menacé mais en équipe nationale aussi. Patrice Lagisquet l’a connu une fois avec Biarritz, avec un début de saison très difficile. Que ce soit Yannick Bru ou moi, on n’a jamais connu un bilan comme ça en club. Mais après, on a les joueurs 11 semaines dans l’année : parfois tu fais quelques matches et tu les retrouves deux mois et demi ou trois mois après. Sincèrement, sur l’investissement, sur le travail… On a une nouvelle génération : sur 30 joueurs, c’est 80% de renouvellement. On est dans l’apprentissage du très haut niveau qui fait qu’actuellement, il nous manque trop de choses pour vaincre la Nouvelle-Zélande et l’Afrique du Sud. Les six derniers matches : quatre fois la Nouvelle-Zélande, une fois les Tonga et une fois l’Afrique du Sud. C’est en jouant les grandes équipes qu’après tu rivalises et tu gagnes des trophées. En plus, le prochain match sera contre nos amis les Anglais. »

Lire aussi : 
>> France-Afrique du Sud : Parra, ombres et (un peu) de lumière
>> Les Bleus terminent sur une fausse note
>> Toute l'actualité du XV de France

Recueilli par L.D.