RMC Sport

Saint-André, le nouveau taulier

-

- - -

L'ancien manager de Toulon est officiellement devenu le neuvième sélectionneur de l'histoire de l'équipe de France en succédant à Marc Liévremont, ce vendredi à Marcoussis. Ses adjoints seront bien Yannick Bru et Patrice Lagisquet.

Le regard, le discours, le projet : tout parait soudain plus clair avec Philippe Saint-André. Au CNR de Marcoussis ce vendredi midi, le nouveau « sélectionneur-manager » du XV de France a officialisé la composition de son encadrement. Sans surprise, il formera bien un trio avec Yannick Bru et Patrice Lagisquet à ses côtés. « On va se partager à trois le travail sur l’organisation défensive et offensive. J’ai choisi de m’entourer d’un staff resserré parce qu’on va avoir très peu de temps avant de préparer l’Italie. Il faudra aller à l’essentiel. Ce sera un staff évolutif pendant quatre ans », a prévenu PSA, intronisé par Pierre Camou, le président de la FFR.

L’Italie, c’est le 4 février, au Stade de France. Un mois plus tôt, le premier comité de sélection de l’ère Saint-André aura livré une liste de 30 joueurs, réunis du 23 au 25 janvier pour un stage de préparation inédit. L’occasion d’une première prise de contact avec le nouveau banc tricolore. Outre Bru et Lagisquet, qui continueront d’officier en parallèle dans leurs clubs de Toulouse et Biarritz jusqu’à la fin de saison, le groupe tricolore découvrira quelques visages du nouvel organigramme. Antoine Marin gèrera l’organisation extra-sportive et Jean-Baptiste Grisoli, un ancien de l’OM et du RCT, se voit confier l’encadrement médical, qu’intègrent également deux nouveaux kinés.

Le temps presse déjà

De nouveaux visages apparaissent, d’autres s’en vont. Dans le sillage de Marc Lièvremont, Didier Retière et Emile Ntamack (ses adjoints), Gonzalo Quesada (jeu au pied), Jean-Philippe Hager (médical) et Jean-Luc Arnaud (préparateur physique) ne sont pas reconduits dans leurs fonctions. L’absence la plus notable est celle de David Ellis, architecte de la défense tricolore depuis 2000. « David, je le connais bien, j'ai travaillé avec lui à Gloucester, explique Saint-André. Mais depuis cinq ans, à Sale et Toulon, je m'occupais de la défense. Patrice (Lagisquet) s'en occupe également et on a déjà validé hier (jeudi) l'organisation défensive qu'on veut mettre en place », a-t-il expliqué.

Pour son premier oral devant la presse, PSA a également évoqué le jeu et les joueurs, à commencer par le maintien du brassard de capitaine à Thierry Dusautoir. « Le capitaine sera le même parce que ce qu'il a fait en tant que meilleur joueur du monde, au niveau du charisme, en tant que leader dans une Coupe du monde où ça été compliqué et fédérer tous les joueurs derrière lui... On va s'appuyer sur des joueurs cadres », a plaidé Saint-André. Il n’hésitera pas au début à s’appuyer sur la vieille garde, ces valeureux trentenaires toujours pas rassasiés : « Ce qui est exceptionnel, c'est qu'aucun joueur n'a annoncé sa retraite après la Coupe du monde. Tout le monde est donc sélectionnable ! On va essayer d'avoir une belle base et d'avoir à dose homéopathique des joueurs dont on pense qu'ils ont les qualités nécessaires pour être les grands joueurs de demain. » Un discours pragmatique et ambitieux, à mettre en pratique au plus vite. A peine arrivé que le temps presse déjà.

Silvère Beau