RMC Sport

Saint-André : « Une faillite de certains joueurs »

Philippe Saint-André

Philippe Saint-André - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

Au lendemain de la lourde défaite des Bleus au pays de Galles (27-6), Philippe Saint-André dresse un bilan à la fois inquiétant et récurrent quant aux faiblesses de son équipe. Il est notamment question de prestations individuelles décevantes.

Des joueurs en faillite

« L’année dernière, on était dans l’apprentissage. Là, on est dans la haute compétition et on veut de l’efficacité. Il y a certains joueurs qui n’ont pas été au niveau qu’on espérait pour un match de cette intensité. (…) J’ai l’impression qu’il y a pas mal de joueurs qui ont trop parlé au lieu de faire leur boulot sur le terrain. (…) Il y a eu une faillite de certains joueurs. On va ouvrir le groupe, c’est sûr. Je ne sais pas si la défaillance a été physique ou mentale, mais certains joueurs n’avaient pas la lucidité et la faculté de coller au ballon qu’on l’espère à ce niveau-là. On sait qu’ils ont de la qualité, mais certains sont passés à côté. Il y aurait tellement d’explications… J’ai surtout envie d’avoir des entretiens individuels avec eux. Ils se sont réunis hier soir (vendredi) en rentrant à leur hôtel, à leur demande de leur capitaine, Pascal Papé. Ils avaient aussi des choses à se dire. »

Un faible réservoir

« Par rapport à il y a deux ans, il y a 90% de nouveaux joueurs. Brice Dulin, lui, a joué à son niveau. La ligne de trois-quarts est complètement neuve. Les deux demis d’ouverture ont fait ce qu’ils avaient à faire. On ne va pas cacher que devant, on a des difficultés. Derrière Nicolas Mas, on a des difficultés à trouver du monde. Rabah Slimani a été expulsé contre l’Italie. Luc Ducalcon était blessé. En troisième ligne, il manque Thierry Dusautoir, Fulgence Ouedraogo, Bernard Le Roux. On s’aperçoit que dans la dimension physique, c’est compliqué. On a aussi perdu Benjamin Kayser, qui est l’un des seuls talonneurs qui fait 110 kg et qui a une certaine densité. Quand il nous manque certains joueurs à certains postes, on est en difficulté. »

Doussain fatigué, Parra attendu

« On va suivre Morgan (Parra) ce week-end. Il a toutes les chances de revenir dans le groupe. C’est un joueur de haut niveau et il est en train de revenir à 100%, de redevenir buteur à Clermont. Jean-Marc (Doussain), hier (vendredi), on ne l’a pas senti aussi pétillant, fluide qu’il l’avait été dans les deux premiers matchs. Il vient d’enchaîner quatre matchs. On s’aperçoit qu’à ce niveau-là, c’est compliqué. »

Un manque d'efficacité

« Ils nous franchissent six fois et nous, treize. Ils marquent deux essais et nous, aucun. Pourtant, on s’est créé au moins trois occasions franches de marquer. Plus deux pénalités faciles et une qu’on ne tente pas alors qu’on est à 14 contre 15, ça fait beaucoup trop. (…) Franchir, c’est bien. Mais finir, c’est mieux. Hugo Bonneval, qui a de grandes qualités, peut marquer deux essais mais il fait deux en-avants. C’est toute la beauté de ce sport… C’était sa deuxième sélection. Il s’aperçoit que tout va plus vite. On n’a pas 500 000 occasions. Quand on les a, il faut les mettre au fond. (…) On a manqué d’efficacité près des lignes. Il y a beaucoup trop de fois où on s’est fait sortir en touche, où on a perdu les derniers duels alors qu’on était en situation de marquer. »

Le Top 14 reste problématique

« On a demandé que 11 joueurs soient au repos (le week-end dernier en Top 14, 6 l’ont été seulement, ndlr). En début d’année, tout le monde dit que l’équipe de France est une priorité. En cours d’année, c’est moins le cas. Le très haut niveau a des exigences de vitesse, de puissance, de fraîcheur, de travail. Je l’ai dit aux joueurs, il y en a qui doivent travailler beaucoup plus sur le cardio, sur la réactivité. Même si on a pu rivaliser contre l’Angleterre et l’Italie, on a été énormément en difficulté contre les Gallois. »

Woodward n'a pas complètement tort

« C’est sévère pour Mathieu (Bastareaud, critiqué par Clive Woodward sur sa forme physique). Contre l’Italie, il avait fait l’un de ses meilleurs matchs. Je rabâche, mais je demande cinq-six semaines de développement pour les joueurs en début de saison. Ils ne les ont pas et jouent des matchs amicaux sous dix jours. On aura la préparation pour la Coupe du monde. Je peux vous assurer qu’on sera prêts, en forme. Mathieu Bastareaud, s’il a huit ou neuf semaines de préparation physique, il pourra plus optimiser son potentiel. C’est la complexité de notre sport et de notre organisation… »

Un déficit physique récurrent

« Marc Lièvremont, Bernard Laporte ou encore Pierre Berbizier l’ont dit avant moi. Ça a pris une telle dimension… Avant, on faisait 18 minutes de temps de jeu effectif et on était en forme pour faire la troisième mi-temps à Cardiff. Maintenant, c’est 35-40 minutes. Hier, les joueurs sont passés à côté et pourtant, ils étaient tous au lit à 1h30 après la réunion. Ils vont mettre deux jours pour récupérer. C’est le haut niveau, avec de la vitesse, de la puissance, des impacts. Hier, on a perdu 70% des collisions. En défense et en attaque. On s’est fait trois fois plus de passes qu’eux, mais le rugby reste un sport de combat. »

A lire aussi :

>> Saint-André : « Avoir de la haine »

>> S.Vahaamahina en 3e ligne ?

>> Galles-France : Les Bleus remis à leur place

Propos recueillis par CG et LD à Cardiff