RMC Sport

Simon : « La mêlée c'est comme un combat de boxe »

Serge Simon

Serge Simon - -

« La mêlée est une obsession. Tu ne penses qu’à ça jour et nuit. Ça peut sembler dérisoire, complètement idiot, mais je vous promets que quand on est pilier, on est sur terre pour une chose, c’est avancer en mêlée ! Ça parait complètement con, mais on passe notre quotidien à essayer de travailler personnellement, avec son talonneur, son pilier droit et son 2e ligne pour avancer en mêlée. Le match en lui-même a évidemment de l’importance, mais il y a un match dans le match, une tâche au-dessus de tout : c’est ne pas reculer et avancer en mêlée ! C’est comme un combat de boxe. C’est quelque chose de primordial, et surtout dans la culture française. Tu as dans le match une vingtaine de mêlées. Dans cette vingtaine de mêlées, tu as quatre ou cinq mêlées qui sont cruciales. Sur une pénalité, l’adversaire te regarde dans les yeux et dit : je ne joue pas la pénalité, je vais jouer la mêlée parce que je vais te défoncer le cul ! La mêlée française est reconnue comme la plus vicieuse, la plus tordue, parce qu’on aime ça. On aime ce côté obscur et tout à fait complexe de la mêlée, ce qui n’est pas partagé avec d’autres cultures, notamment celle des All Blacks. Et là, c’est vraiment une humiliation face aux All Blacks car ils demandent une mêlée à 5 mètres sur une pénalité, et ils nous enfoncent. Dans l’histoire du rugby français, je ne sais pas si c’est déjà arrivé que les blacks prennent une mêlée sur une pénalité à 5 mètres, et nous humilient comme ça... »