RMC Sport

Sonnes : « En Espagne, on a les valeurs mais pas les moyens ! »

-

- - -

Sélectionneur de l’Espagne depuis juin dernier, l’ancien troisième ligne du Stade Toulousain tente de faire décoller un sport presque inconnu de l’autre côté des Pyrénées. Il profite des deux quarts de finale de H-Cup programmés à Saint-Sébastien et Barcelone pour médiatiser sa mission.

Régis Sonnes, pourquoi avoir choisi de partir en Espagne ?

Je cherchais autre chose qu’un rugby seulement orienté vers le professionnalisme. J’ai découvert ici certaines valeurs rugbystiques que j’aime. En Espagne on a les valeurs mais on n’a pas les moyens ! Le budget de la fédération espagnole, c’est 2,3 millions d’euros. Un budget de club de Pro D2 comme Mont-de-Marsan, c’est cinq millions… Vous imaginez la tâche ! La couverture médiatique est quasi-nulle. On essaie aujourd’hui d’avancer sur les licences et introduire le rugby dans les écoles.

Les valeurs profondes du rugby ont-elles été oubliées en France ?

Les deux quarts de finale de H-Cup peuvent-ils vous aider à sortir de l’ombre ?

Un dernier mot sur vos chances d’aller à la Coupe du monde 2015 ?

Ça se jouerait éventuellement entre la Russie, le Portugal et nous. Il faut confirmer ce que l’on a fait cette année et installer davantage les joueurs dans la préparation et l’exigence du haut niveau. On est encore assez loin de 2015.

Le titre de l'encadré ici

|||

Je n’irai pas jusque là, mais il y a eu un changement, une évolution. Le professionnalisme apporte autre chose, on parle plus de revenu et d’intérêt individuel. Ça amène un niveau de jeu plus élevé, il y a davantage d’exigences et de moyens.

Le titre de l'encadré ici

|||

Il y a un focus des Français sur l’Espagne, ça peut enclencher une dynamique. Mais ça ne touche que le Pays Catalan et le Pays basque. Ça ne s’étend pas sur toute l’Espagne, il n’y a pas trop de couverture nationale sur cet évènement. Des papiers vont sortir sur ces matchs là. Ça va nous aider à attirer un peu plus de lumière, c’est ce qui nous manque.