RMC Sport

Laporte : « Il faut être plus dangereux »

Bernard Laporte

Bernard Laporte - -

L’équipe de France termine sa tournée en Nouvelle-Zélande avec trois défaites en trois matches. S’il relève le bon état d’esprit des Bleus dans ce 3e test, Bernard Laporte, consultant rugby RMC Sport, pointe surtout du doigt le manque de réalisme des arrières tricolores.

 « Ça fait mal au cœur de prendre ce dernier essai à la fin car à la mi-temps, cette équipe de France nous avait donné beaucoup d’émotion positive, on sentait qu’elle était dans le match. En deuxième période on s’est recroquevillé, on a été dominé alors qu’en première on a l’occupation et on joue dans le camp des Néo-Zélandais. Sur cette deuxième période, on est sans arrêt dans nos 30 mètres et même dans nos 22 mètres, on n’arrive pas à s’en sortir, on est sous pression. Il ne faut pas oublier que les Blacks ont un essai refusé, ils auraient pu en marquer un ou deux de plus alors que nous n’avons aucune occasion franche. On s’est un peu étiolé en seconde période et c’est dommage d’avoir un score avec 15 points d’écart, les Bleus ne méritaient pas ça.

C’est une année difficile pour le XV de France. Autant samedi dernier j’étais déçu, autant aujourd’hui on a vu de l’engagement, de la solidarité, de l’abnégation de la part de toute notre équipe. C’est une évidence, on a du mal à construire le jeu sur nos ballons, sur nos touches et nos mêlées. On ne les met jamais en difficulté, on n’a pas de réelle occasion d’essai hormis sur le premier jeu au pied de Rémi Talès qui est magnifiquement joué et on peut marquer si Huget n’est pas hors-jeu. Le reste du temps, on a été bon défensivement, on a posé des problèmes à cette équipe néo-zélandaise, ils ont eu du mal à nous traverser. La force du jeu français, c’est sa capacité à marque des essais sur ces ballons de récupération et on ne marque pas, c’est dommageable. Aujourd’hui, on est quand même fier de notre équipe ».

« Heureusement qu’un trois-quarts sait faire deux crochets »

« On se demandait ‘pourquoi faire jouer certains cadres alors qu’on a besoin d’étoffer l’effectif’. La rentrée de Flanquart est intéressante. On voit où en est ce garçon, il va prendre conscience de ce qu’il lui reste à travailler pour évoluer à ce niveau. On repart de cette tournée avec certains noms mais on ne gagne pas. On me dit qu’Andreu a fait un bon match, mais il n’a fait qu’une action. Heureusement qu’un trois-quarts aile français est capable de faire deux crochets, on en veut plus. Dulin c’est pareil, c’est un bon joueur mais il n’apporte pas de contrattaque. Il joue bien, il joue tactique, il a un bon pied gauche, il rassure mais il ne déclenche rien offensivement.

On est une équipe qui laisse le ballon à l’adversaire, qui défend et attend d’avoir des pénalités. Quand des équipes comme la Nouvelle-Zélande n’en donnent pas, c’est compliqué. Malgré certains passages forts de l’équipe de France, ils ne te donnent pas de points. On marque deux pénalités sur deux mêlées contestables, c’est maigre. Défensivement, on est en place, il y a un bon état d’esprit sur ce match-là mais il faut s’améliorer offensivement, il faut être plus dangereux. Avec les joueurs que nous avons-nous devons être beaucoup plus menaçant. »

A lire aussi

>> Nouvelle-Zélande – France : Les Bleus encore battus (24-9)

>> Hansen rend hommage aux Bleus

>> Nouvelle-Zélande - France : un match pour laver l’affront

Bernard Laporte