RMC Sport

Michalak a-t-il encore sa place chez les Bleus ?

Frédéric Michalak

Frédéric Michalak - -

Dans le Moscato Show, Bernard Laporte et Sébastien Chabal, consultants RMC Sport, se sont interrogés sur le rôle que pourrait avoir Frédéric Michalak (31 ans), rappelé par Philippe Saint-André avec le XV de France.

Un grand flou a souvent accompagné l’histoire entre Frédéric Michalak et l’équipe de France. Rappelé dimanche dans le groupe par Philippe Saint-André, pour palier un éventuel forfait de Camille Lopez - lequel doit passer mercredi devant la commission de discipline, le Toulonnais aux 66 sélections peut-il briguer une place de titulaire samedi face aux Tonga ? Si on va encore plus loin, peut-il, à 31 ans, être le joueur qui manquait à « PSA » ? Bernard Laporte, son entraîneur à Toulon, mais aussi le sélectionneur qui l’a lancé en équipe de France il y a 12 ans (contre l’Afrique du Sud, 20-10) n’y croit pas trop. « Dire qu’il est LA solution serait négatif par rapport aux autres joueurs, explique le membre de la Dream Team RMC Sport. Aucun joueur n’est la solution d’une équipe. C’est un joueur qui peut intégrer cette équipe. Il l’a déjà fait et peut le refaire, c’est évident. La question est de savoir si le sélectionneur estime qu’il est meilleur que Talès et Lopez ou s’il est moins bon. Croire que Frédéric va tout révolutionner, ce serait prétentieux de ma part et surtout pas logique. En revanche, il peut apporter son expérience. »

Laporte : « Le sauveur, ça n'existe pas »

Pour Sébastien Chabal, consultant pour le Moscato Show sur RMC, la clé du mystère Michalak se trouve dans la position du Toulonnais. Lors de sa carrière internationale, la polyvalence du Tricolore, capable d’évoluer à l’ouverture ou en demi de mêlée, lui a souvent joué de mauvais tours. « Tout le monde parle de Fred en dix, mais moi j’aimerais savoir ce qu’il y a dans la tête du sélectionneur, s’exclame Sébastien Chabal. Il est là pour jouer à quel poste ? Pour jouer dix ? Neuf ? Ou la doublure du neuf et du dix ? Aujourd’hui, rien n’a été annoncé. Si c’est pour le faire revenir et se couvrir en le baladant entre le neuf et dix, je trouve ça dommage. Arrêtons avec Fred ! Si on veut se servir de Fred, c’est pour lui faire confiance et pour l’installer à un poste jusqu’au bout. Sinon, on fait confiance à des jeunes. »

Une chose est sûre, même à 31 ans, l’ancien Toulousain n’est pas cuit pour le très haut niveau. « Quand on voit jouer l’équipe de France, on se dit qu’il peut en faire partie, soutient Laporte, spectateur attentif de France-Nouvelle-Zélande samedi dernier (19-26). Ne lui mettons pas trop de pression. L’an dernier, on avait l’impression d’avoir retrouvé le sauveur. Mais le sauveur ou la solution, ça n’existe pas. On a besoin d’un ouvreur qui joue sur la continuité. Cela n’a pas été le cas, puisqu’il n’a joué que cinq matches entre 2007 et 2012 et qu’il vient de faire trois ou quatre matchs en 18 mois. J’espère qu’il va retrouver l’équipe de France car je le souhaite à tous mes joueurs. S’il a l’opportunité, à lui de frapper un grand coup et de montrer qu’il est le n°10 de l’équipe de France. » 

A lire aussi :

Laporte : « Dommage de ne pas rejouer les Blacks »

Les motifs d’espoir de Saint-André

IRB - La France reste 5e

La rédaction