RMC Sport

Béchu-Galthié, attelage gagnant

L'international est un des moteurs de cette �quipe de Montpellier

L'international est un des moteurs de cette �quipe de Montpellier - -

Pour la première fois de son histoire, le Montpellier Rugby s’est hissé en tête du Top 14 au bénéfice de sa victoire bonifiée samedi soir contre La Rochelle (26-6). Son duo d’entraîneurs y est pour beaucoup.

Les fidèles du stade Yves-Du-Manoir n’ont pas dû reconnaître leur équipe de Montpellier. Et pour cause. Arrivés en juillet dernier pour prendre en main l’équipe héraultaise, Eric Béchu et son fils spirituel Fabien Galthié (le premier avait découvert le second à Colomiers) ont fait table rase du passé en un été. Alors que certains observateurs n’hésitent alors pas à comparer le club à un camp de vacances, la reprise donne un tout autre ton de ce qui attend les Montpelliérains. Le rendez-vous est désormais fixé à 7h30 pour un petit déjeuner en commun, une séance de musculation, une autre de vidéo puis l’entraînement. Sept heures plus tard, les joueurs sont libérés.

Les deux hommes ont rapidement compris qu’ils avaient sous la main un effectif riche. Dixième l’année dernière, Montpellier comptait treize victoires, soit trois de plus que le Stade Français, huitième, et une de plus que Biarritz, septième. Leur principale mission a été d’inculquer aux joueurs que le moindre point de bonus avait son importance. Et pour solidifier ce groupe, Béchu et Galthié ont organisé en début de saison une sortie en montagne, au Mont Valier, avec les joueurs, le staff et tout l’encadrement. Une escapade pleine d’enseignements.

Les trois pépites du « Hilton du rugby »

Sur le terrain, Béchu (50 ans) et Galthié (41 ans) ont mis leur connaissance au service de leur nouvelle équipe. Moins cassant qu’à ses années parisiennes, ce dernier a abordé sa mission avec moins de pression. Il a surtout trouvé à Montpellier « le Hilton du rugby ». Lui qui était obligé de se rendre en scooter sur les différents terrains de la région parisienne pour savoir où son équipe s’entraînerait lors des hivers rigoureux, a trouvé dans l’Hérault un écrin digne de son expertise. Quant à Béchu, il joue sur la corde paternaliste.

Amis de trente ans, ces deux-là se complètent parfaitement. « J’ai l’impression que ce n’est pas Eric Béchu, mais son frère », avait même plaisanté Fulgence Ouedraogo à l’arrivée de l’ancien technicien d’Albi. Comme quoi la réputation de cet entraîneur attaché aux valeurs de combat avait sans doute été exagérée. Comme quoi également ces deux là ont parfaitement su tirer la quintessence d’un groupe solide et parfaitement guidé par ses trois pépites que sont les internationaux Ouedraogo, Tomas et Trinh-Duc.

Le titre de l'encadré ici

L'avis de Thomas Lombard (membre de la Dream Team RMC Sport)|||

« Je vois trois raisons à la réussite de Montpellier. Tout d’abord, le club a repris très tôt sa saison. D’autre part, les arrivées de Fabien Galthié et Eric Béchu, deux entraîneurs très complémentaires, a été déterminante. Ce sont des joueurs dans leur tête et cela se ressent sur le terrain. Enfin, Montpellier s’appuie également sur son centre de formation. Ils sortent des bons joueurs et alimentent le groupe professionnel. Tomas, Trinh-Duc et Ouedraogo sont les moteurs de cette équipe. Ces trois mousquetaires sont les véritables guides de cette formation. Mais attention à la casse. En cas de blessure, ça sera très compliqué pour eux. Mais s’ils arrivent à connaître une saison pleine, pourquoi pas durer ? »

P.T. et J.L. à Montpellier