RMC Sport

Boudjellal : « Pas encore suffisant »

Le président varois affiche ses ambitions pour le RCT : être européen et bien figurer en Challenge européen.

Le président varois affiche ses ambitions pour le RCT : être européen et bien figurer en Challenge européen. - -

Sixième après seize rencontres, Toulon a réalisé une première partie de saison plus qu’honorable. Avec Castres et le Racing, le RCT fait partie des équipes venues bouleverser la hiérarchie de ce début de saison. Pourtant, le président des Varois, Mourad Boudjellal, en veut encore plus.

Mourad Boudjellal, Toulon termine l’année à la sixième place. Quel bilan tirez-vous de cette première partie de saison ?
On a démarré l’année 2009 en étant relégable. On la termine en tant qu’européen. Il y a eu du boulot pour cela. Mais ce n’est pas encore totalement satisfaisant, parce que quand on veut diriger ce club, on a forcément de grosses ambitions. Quand on voit ce stade, ce public, cette volonté d’une ville entière autour de son club, on est obligé de vouloir viser plus haut. On a mis la barre au niveau de la qualification pour la H Cup. Ça sera difficile avec des poursuivants comme Biarritz ou le Stade Français. Ça nous change du passé. Habituellement, c’est nous qui sommes derrière avec peu de chances de les rattraper. Mais si nous arrivons à gagner nos six matchs à domicile, ça devrait être bon pour l’Europe. Et l’Europe est indispensable financièrement si on veut continuer à progresser en matière de recrutement notamment.

Justement, on a appris que Juan Martin Hernandez avait signé au Racing Métro pour l’année prochaine. Vous aviez essayé de le faire venir à Toulon. Pensez-vous que les dés étaient pipés ?
Il faisait partie de nos projets l’année dernière parce que c’est un super joueur. Cette année, avec Philippe (Saint-André), avant de faire des paillettes, on pense à l’utile. On a d’autres joueurs en ligne de mire qui sont aussi très connus et qui sont parmi les meilleurs joueurs du monde. Mais ils correspondent plus à nos besoins. En dix, avec Jonny Wilkinson, Felipe Contepomi, Sébastien Fauqué, Tom May, on a beaucoup de monde. L’année prochaine, on fera encore des paillettes mais à des postes où Philippe m’a dit qu’on avait un vrai manque.

« Proposer le plus beau championnat du monde »

Dans quels secteurs ?
Il nous manque du monde devant et également un peu de vitesse. On s’oriente vers ce genre de joueurs.

Etes-vous content de voir Hernandez revenir en France ?
Je suis respectueux du travail des autres. Jacky Lorenzetti fait un travail merveilleux au Racing Métro. Il a signé Juan Martin Hernandez et c’est très bien. Ça a dû lui coûter beaucoup d’argent, mais il n’a pas volé son argent. Il en fait ce qu’il veut. Et puis il a tendance à bien investir. Ça me fait plaisir pour le Top 14. Si on veut développer l’économie du rugby, il faut proposer à notre diffuseur télé le plus beau championnat du monde.

Que peut-on vous souhaiter pour 2010 ?
Je prendrais bien une sixième place. J’aimerais également aller assez loin en Challenge européen, parce que je trouve cette compétition amusante. Vous savez, je suis un traditionnaliste et, avant de me marier, j’aimerais bien me fiancer. Le Challenge, c’est un peu les fiançailles.

La rédaction - Florent Germain