RMC Sport

Bourgoin, le coup de grâce !

Benjamin Boyet

Benjamin Boyet - -

Officiellement pénalisé de cinq points pour contravention aux règles budgétaires de la LNR, l’emblématique club de l’Isère, en grandes difficultés financières et sportives, pourrait ne pas se relever de cette sanction. Les dirigeants ont fait appel.

Ironie du destin, les fidèles du stade Pierre-Rajon, réunis ce mardi soir pour les vœux du club, ont dû être pris de vertige au moment d’apprendre la sanction de la DNACG… Déjà bon dernier et largué avec seulement dix points, Bourgoin a été officiellement pénalisé ce mardi de cinq points par la Direction nationale d'aide et de contrôle de gestion (DNACG) de la Ligue nationale de rugby, comme nous vous l’avions annoncé dès lundi. Le club entraîné par Eric Catinot et Xavier Pémeja pointe désormais à 17 longueurs du premier non relégable, Brive. Le CSBJ est sanctionné pour son déficit de 1,5M€ dans le budget prévisionnel de la saison cours (11,5 M€).

Dans le viseur depuis plusieurs mois, le club isérois, qui a fait appel de la sanction devant l’instance fédérale, voit aujourd’hui la hache s’abattre sur sa nuque. « Ce n’est pas un arrêt de mort, mais presque, peste Pascal Papé, ancien joueur du club aujourd’hui au Stade Français. Je ne vois pas l’avantage de leur retirer des points alors que sportivement, c’est déjà compliqué. J’ai l’impression qu’ils veulent en finir avec les problèmes de Bourgoin et qu’ils veulent se débarrasser du club. C’est quasiment les condamner. C’est dur de voir un grand club couler comme ça. Ça fait mal au ventre pour tous ceux qui ont porté les couleurs de ce club. »

Papé : « C’est dur de voir un grand club couler comme ça »

Les anonymes et les autres. Ils sont par exemple actuellement seize internationaux français en activité à avoir été formé au club ou à avoir porté les couleurs de Bourgoin. Et non des moindre. Chabal, Bonnaire, Parra, Boyet, Nallet pour ne citer qu’eux. « Ça devenait compliqué, peste ce dernier. Bourgoin a du mal à trouver des partenaires. Quand on voit que le club peine à 10M€ de budget, il y a un décalage avec les 20M€ des équipes du haut de tableau. » Et avec le voisin lyonnais qui grandit toujours plus vite, on imagine mal Bourgoin survivre à une nouvelle catastrophe.

Laurent Depret