RMC Sport

Castres : Pierre Fabre s’est éteint

Pierre Fabre, le mécène de Castres, s'est éteint

Pierre Fabre, le mécène de Castres, s'est éteint - -

Fondateur du laboratoire pharmaceutique qui porte son nom, Pierre Fabre est décédé ce samedi à l’âge de 87 ans. Il était le mécène du Castres Olympique, champion de France de rugby le 1er juin dernier.

Le Tarn pleure l’un de ses grands hommes. Pierre Fabre, fondateur du laboratoire pharmaceutique qui porte son nom et emploie environ 10 000 personnes dans le monde entier (2 milliards d’euros de chiffres d’affaire en 2012), s’est éteint ce samedi à son domicile de Lavaur à l’âge de 87 ans, des suites d’une longue maladie. Très attaché à son département, il était devenu en 1988 le mécène du Castres Olympique, champion de France le 1er juin dernier pour la deuxième fois depuis son rachat, après 1993. « C’est une grande perte pour le rugby, explique Serge Simon, le président du syndicat des joueurs (Provale). Il a énormément compté dans la mesure où il a porté ce club de Castres pendant les années difficiles, les années de gloire et jusqu’à ce titre de champion. C’est un club qui vivait par et pour le laboratoire Pierre Fabre. Il a vu son club remporter un titre à nouveau. C’est un petit peu de réconfort dans ce moment douloureux. »

« On est tous sous le choc de sa disparation, poursuit Laurent Labit, l’ancien coach du CO. Je l’ai connu comme joueur et entraîneur. Je fais partie des privilégiés qui ont été amenés à le rencontrer à titre privé, à partager des déjeuners avec lui. Dans la vie, on rencontre des gens qui vous marquent. Pour moi, il en fait partie. » Et le nouvel entraîneur du Racing-Métro 92 garde un souvenir très récent de Pierre Fabre. « Avec Laurent (Travers) et Pierre-Yves Revol, il nous a reçus à son domicile il y a trois semaines, raconte-t-il. On lui a amené le Bouclier de Brennus. On a bien vu que non seulement il était heureux, mais qu’il était touché par ce geste d’amener le Bouclier. Il ne demandait jamais rien. Il est parti comme il a vécu toute sa vie, en toute discrétion. »

Labit : « Son seul objectif était que les gens de Castres prennent du plaisir au stade »

Personnage clé du rugby français, Pierre Fabre a permis à Castres de jouer un rôle majeur en Top 14, lui donnant un statut qu’une ville de 40 000 habitants aurait difficilement pu assumer sans son soutien. « On avait un rendez-vous avec lui tous les trois-quatre mois, confie Laurent Labit. On discutait de comment faire évoluer l’équipe. Il nous donnait son regard. C’étaient des relations très franches et très amicales. Il était satisfait de ce qu’on faisait et surtout de l’image qu’on donnait du club. Il ne nous a jamais donné d’objectif. Le seul, c’était que les supporters et les gens de Castres prennent du plaisir en venant au stade. Ça lui suffisait. »

Sa disparation pourrait-elle avoir des conséquences pour le club tarnais, à moins d’un mois du début de la saison 2013-2014 ? « Des questions se posent évidemment sur l’avenir du lien entre le laboratoire et le club, estime Serge Simon. Va-t-on changer de modèle à Castres ? Je suppose que Pierre-Yves Revol (le président, ndlr) a prévu la suite. C’est un moment complexe. » « Il anticipait toujours les choses, souligne pour sa part Laurent Labit. Ça lui a permis de créer cet empire, d’avoir cette réussite professionnelle. Je ne suis pas inquiet. »

A lire aussi :

- Finale Top 14 : Castres au paradis !

- Castres : déjà une nouvelle page à écrire

- Castres : Kockott va honorer sa dernière année de contrat