RMC Sport

Ce qu’il faut retenir de la 12e journée

Ce qu'il faut retenir de la 12ème journée

Ce qu'il faut retenir de la 12ème journée - -

Castres qui réalise la bonne affaire face à Montpellier, le Racing et le Stade Français corrigés. Biarritz et l’Aviron Bayonnais qui se donnent du baume du cœur. Retour sur les temps forts de la 12e journée de Top 14.

Clermont - Racing Métro 92 (47-14) : Et de 67 pour Clermont !

A lire en cliquant ici

Toulouse - Oyonnax (14-3) : Toulouse, vainqueur sans éclat

Battu à Brive lors de la journée précédente (25-13), le Stade Toulousain entendait renouer avec la victoire. Mais surtout avec ses fondamentaux. Après s’est offert une tournée promotionnelle en Asie, Toulouse s’est remis aux affaires courantes. Une escapade qui n’a visiblement pas totalement porté ses fruits. Courageuse et bien organisée, l’USO a en effet tenu tête à son adversaire et aurait d’ailleurs mérité de repartir avec un point de bonus de la Ville rose. Moins incisifs dans leurs offensives, les Toulousains n’ont pas réussi à décrocher ce précieux bonus offensif. Mais l’essai inscrit par David en fin de rencontre, le seul de la partie, permet à l’équipe Guy Novès de rester au contact de Clermont et de Toulon.

Brive - Biarritz (9-14) : Le BO refait surface

Après avoir connu des semaines de galère, le Biarritz Olympique retrouve quelques couleurs. Et le droit d’y croire encore. Bons derniers du Top 14, les Basques viennent d’enregistrer leur deuxième succès de suite en championnat. Leur premier à l’extérieur. Avec une infirmerie pleine et l’absence de Yachvili, peu d’espoirs se rangeaient du côté de la lanterne rouge. Mais, plus solidaire, plus conquérante, l’équipe biarrote a inscrit son premier essai par Damien Traille (0-5, 19e) puis pris le large grâce au pied de Benoit Baby (46e, 50e). Une victoire salutaire pour les Biarrots qui infligent au passage sa première défaite à domicile cette saison à Brive. Le chemin de croix n’est pas terminé pour les Basques mais les lueurs d’un renouveau, elles, bien de retour.

Bayonne - Grenoble (24-21) : L'Aviron a du caractère

Flirtant souvent avec le médiocre, Bayonne joue les équilibristes cette saison. Loin d’être favoris, les Basques s’en sont remis à leurs buteurs, auteurs de huit pénalités, pour s’imposer sur le fil. Menés à la pause, les joueurs de Christian Lanta ont construit leur succès en l'espace de vingt minutes. Entre la 41e et la 60e, l'Aviron, mieux organisé défensivement, a pris dix longueurs d’avance. Une avance d’autant plus confortable qu’elle a permis à Bayonne de faire face aux assauts isérois en fin de match. Grenoble, qui avait rattrapé son retard et égalisé grâce à une réalisation de Fogarty (73e), peut nourrir quelques regrets. Avec cette victoire, l’Aviron se donne un peu d’air devant Oyonnax, premier relégable à quatre points.

Montpellier-Castres (16-20) : Le gros coup, c'est pour Castres

Premier succès à l’extérieur de la saison pour Castres et première belle affaire. Dans une partie âpre et disputée, Montpellier aurait pu espérer mieux. Mais les hommes de Fabien Galthié n’ont pas su se montrer incisifs aux moments opportuns. Devant à la pause grâce à un essai d’Olivier (10-9), ils vont rater leurs occasions. Des opportunités que les Castrais n’ont pas raté de leur côté, à l’image de l’essai décisif de Pulis (16-20). Amputé de joueurs cadres, le champion de France remonte à la cinquième place. Montpellier, lui, se console en prenant le bonus défensif avant de se rendre la semaine prochaine au Racing.

Bordeaux-Bègles - Stade Français (45-23) : Le Stade Français connaît la chanson face à l'UBB

C’est à croire que le refrain de la défaite leur plaît. Souvent souveraine face au Stade Français les précédentes saisons, l’UBB n’a pas dérogé à la règle ce samedi. Tout simplement supérieurs, les Bordelais ont scellé le sort de la rencontre dès la première période avec déjà quatre essais (33-13). Moins emballant, le deuxième acte n’a pas inversé la tendance, le talonneur Maynadier inscrivant deux essais pour définitivement disposer du Stade français (45-23). Si l’UBB ressort de ce match avec le sourire, le club parisien repart lui plein de doutes. Lire aussi : >> Lombard : « L’équipe de France a les moyens de le faire » >> France-Afrique du Sud : Des Bleus bien inspirés ? >> Charvet : « Pas de crise si on perd avec la manière »

La rédaction