RMC Sport

Charvet : « Le collectif plus fort que le talent d’un joueur »

Denis Charvet

Denis Charvet - -

Castres champion de France et après ? Denis Charvet, membre de la Dream Team RMC Sport, est admiratif de l’état d’esprit affiché par le CO. Mais ne cache pas quelques craintes quant à l’avenir du club sans son duo d’entraineurs et certains de ses joueurs majeurs.

« Castres se sépare de son duo d’entraineurs, Laurent Labit et Laurent Travers, pour la saison prochaine. Ils sont pour beaucoup dans la victoire du CO. Je les ai côtoyé chez les Barbarians Français au Japon et en Argentine, ce sont des mecs fabuleux. Ils jouent beaucoup sur l’affect, ce qui est rare dans le rugby professionnel. Ils sont très attentifs aux détails et à l’humain. On dit souvent que le rugby d’aujourd’hui n’a pas d’âme mais eux reviennent à ça. Leur victoire le démontre.

Avec le départ des « deux Lolos », l’état d’esprit actuel de l’équipe pourrait malheureusement bien disparaitre. D’autant plus que Matthias Rolland va avoir des nouvelles fonctions. C’est compliqué d’être manager général, ce n’est pas facile, ce n’est pas le même rapport avec les joueurs. Or, la vraie problématique, c’est le choix des hommes. On sait que c’est Travers et Labit qui ont construit cette homogénéité en ramenant des Montalbanais. Ils ont construit ce groupe. Ils vont sans doute en faire de même en allant au Racing-Métro 92. C’est pour ça que ça peut être compliqué pour le CO. Dans le rugby, c’est compliqué de ne pas se tromper sur les hommes.

« Une bande de copains »

Les joueurs à Castres sont également incroyables. J’ai une pensée pour Matthias Rolland qui a manqué la finale mais c’est quelqu’un de formidable. Idem pour Romain Cabannes, Rémi Talès, ou encore Yannick Caballero et Ibrahim Diarra, des joueurs de l’ombre alors que Diarra aurait pu partir en Nouvelle-Zélande avec l’équipe de France. On sous-estime peut-être le talent de certains joueurs de cette équipe.

Ce que j’ai vu hier, c’est une bande de copains. Ce que je retiens de tout ça, c’est que le collectif est plus fort que le talent de l’individu. L’après-titre tient à des hommes qui sont au-dessus, comme Pierre-Yves Revol, qui sera toujours là et qui a toujours été le garant de cet état d’esprit là. Il a construit tout ça. »

A lire aussi :

>> Saturday Castres Fever !

>> Finale Top 14 : Castres au paradis !

>> Toulon : Sale soirée pour Wilkinson

Les Grandes Gueules du Sport