RMC Sport

Clermont assume son statut

Morgan Parra

Morgan Parra - -

Favori pour le titre, Clermont a une marche à franchir face à Toulon, ce dimanche en demi-finale (16h30). Reposés, les récents demi-finalistes de H Cup avancent avec la force du futur champion chevillé au corps. Sans excès de confiance.

Ils auront beau ne pas en vouloir, les Clermontois ont hérité de l’étiquette de favoris pour le Bouclier de Brennus version 2012. Alors que les Toulousains, habituels épouvantails du rugby français, marquent le pas depuis leur élimination en quarts de finale de H Cup, l’ASM, première ex-aequo de la saison régulière, récolte les suffrages des acteurs du Top 14. « On est dans la peau du favori, on va l’assumer », assure Morgan Parra, l’un des seuls Clermontois à s’accommoder de ce statut. Face à Toulon, ce dimanche (16h30), l’ASM tentera de décrocher une cinquième finale en six ans. Le signe d’une incroyable régularité pour les Jaunards à la conquête d’un deuxième titre de champion de France après un premier décroché en 2010.

« On a deux matches pour réaliser quelque chose et ancrer cette équipe dans les annales du club », vise Benjamin Kayser. Le talonneur n’oublie pas pour autant le potentiel ni le côté revanchard des Toulonnais, battus par Clermont au même stade de la compétition, il y a deux ans au terme d’un math fou (35-29 a.p.) et entaché d’une erreur d’arbitrage sur un essai de Zirakachvili. Surtout, alors que les Toulonnais (que les Clermontois ont battu deux fois cette saison) ont livré un match plein face au Racing-Métro en barrages (17-13), les Clermontois ont bénéficié de trois semaines de repos.

Bonnaire : « On ne risque pas grand-chose »

« C’est la grande question qui se pose actuellement, reconnait Vern Cotter. Beaucoup de nos joueurs ont participé à la Coupe du monde. Ça fait plus d’un an qu’ils travaillent. Le repos nous a fait du bien. » Un point de vue partagé par ses joueurs. « On a mis beaucoup de temps à éliminer la défaite en coupe d’Europe contre le Leinster (19-15, le 29 avril en demi-finale), se souvient Kayser. Dans la tête, ça a fait beaucoup de bien. On est passé à deux doigts de quelque chose d’exceptionnel et ça a mis beaucoup plus de temps de prévu pour tourner la page. C’est une chance inouïe d’avoir eu trois semaines de réelle préparation. »

Cette élimination en demi-finale de H Cup restera comme le gros regret de la grosse saison clermontoise. Pourtant, la présence dans le dernier carré de la plus grande compétition européenne, pour la première fois dans l’histoire du club, a fait passer un palier à cette équipe. « Il y a un peu plus de sérénité dans le groupe, reconnait Vern Cotter. On a déjà joué ce genre de rencontres. On est un peu moins nerveux. » L’irréprochable Julien Bonnaire va plus loin : « On a plus à craindre de nous-mêmes que des autres. On a le potentiel pour lever le Bouclier une deuxième fois. Il faut qu’on soit à 120% de nos possibilités tous au même moment. On ne risque pas grand-chose. »