RMC Sport

Galthié, le gourou de l’Hérault

-

- - -

L’entraîneur de Montpellier est le grand artisan de la qualification historique du club héraultais pour les demi-finales du Top 14. Ses joueurs ont savouré l’événement et s’en remettent désormais à leur sorcier.

Montpellier reprend petit à petit ses esprits. Après avoir fêté sa qualification pour les demi-finales du championnat, les hommes de Fabien Galthié sont en vacances jusqu’à mercredi. Il fallait bien cela pour se remettre des festivités du week-end. Car les Héraultais ont fêté comme il se doit leur qualification pour les premières demi-finales de l’histoire de leur club. Après avoir descendu quelques bières jusqu’à 20h30 dans les couloirs du stade Pierre-Antoine de Castres, Ouedraogo et ses potes ont rejoint le « France », un bar de Saint-Pons de Thomières, dans l’Hérault.

A l’aller, lorsque l’autocar de la délégation montpelliéraine a effectué une halte dans son établissement, le patron avait promis un « open bar » d’une heure en cas de qualification. Au retour, l’homme a tenu parole mais a été débordé par l’enthousiasme des joueurs et des suiveurs. La célébration a duré deux heures et les supporters étaient également de la fête. Au programme, chansons paillardes, seau de pastis et rivière de whisky… Vers 23h, une partie des joueurs prolongera même la fête à Montpellier, notamment avec les handballeurs sacrés champions de France.

Tomas : « J’ai l’impression d’avoir changé de club »

Fabien Galthié a préféré s’éclipser, l’esprit déjà tournée vers le Racing-Métro. En contrat jusqu’en 2014 - et sans aucune clause pour prendre en main les Bleus -, l’entraîneur de Montpellier est désormais face à un immense défi. Amener son équipe au Stade de France pour une finale. Arrivés en juillet dernier, l’homme a déjà transformé le club héraultais de fond en comble. Le « club de vacances » s’est transformé en « camp de travail » !

Rendez-vous quotidiens fixés à 7h30, petit déjeuner en commun, séance de musculation collective, séance vidéo où les joueurs sont fortement impliqués, séances d’entraînement intenses... La rigueur s’installe à tous les étages. « J’ai l’impression d’avoir changé de club », note même Julien Tomas. Une chose est sûre, le samedi 28 (17h), à Marseille face aux stars du Racing-Métro 92, Montpellier a rendez-vous avec l’histoire. Ce jour-là, Fabien Galthié aura une nouvelle fois sorti sa boite à malices…

Le titre de l'encadré ici

Un hôtel porte-bonheur|||

Une place en demi-finale de Top 14 se joue sur des détails. La preuve avec Montpellier en déplacement ce samedi à Castres. En général, lorsque le club héraultais se déplace dans le Tarn, le groupe a l’habitude descendre à l’Occitan. Mais pour le barrage de samedi dernier, l’hôtel est plein. L’entraîneur des avants, Eric Béchu, propose alors un séjour à Albi, d’où il est originaire. Fabien Galthié refuse et envoie ses joueurs à l’hôtel Best Western Montagne Noire de Lagarrigue. L’argument est massif : il ne s’est jamais incliné avec le Stade Français quand il prenait ses quartiers dans cet établissement. On connaît la suite…

Pierrick Taisne avec Julien Landry à Montpellier