RMC Sport

Guazzini prépare la grande braderie

Bastareaud, Kelleher..., l'effectif parisien va connaitre une cure sévère

Bastareaud, Kelleher..., l'effectif parisien va connaitre une cure sévère - -

Même si le Stade Français parvient à réunir un nouveau tour de table d’ici lundi et son passage devant la DNACG, la fin de l’aventure avec la FACEM annonce une prochaine saignée dans l’effectif parisien.

Après avoir porté plainte contre X, dans l’affaire de l’escroquerie qui l’oppose à la FACEM, Max Guazzini est engagé dans une autre bataille tout aussi ardue : conserver ses joueurs. Le possible sauvetage du Stade Français par un pool de repreneurs emmenés par Richard Pool-Jones ne devrait tout au plus que réduire l’hémorragie annoncée. Car entre les 9 M€ espérés par l’ancien joueur du club et ceux promis par les Canadiens, il manque 3 M€, qui obligeront Paris à tailler dans son effectif.

Dix huit joueurs se sont engagés avec la formation parisienne. Or depuis quelques jours, tous les clubs du Top 14 ont déjà été contactés par des agents. « Je me doute que les vautours doivent tourner autour de la proie, annonce Jacky Lorenzetti, patron du grand rival francilien, le Racing Métro 92. Mais j’espère que ce moment ne viendra pas, et que le Stade Français pourra se sauver. »

A ce jour, aucune formation du Top 14 n'a répondu de manière concrète, mais les choses vont s'accélérer lundi, après le passage devant la DNACG. Ce n’est pas parce que la période officielle de mutation est terminée depuis le 15 juin qu’il ne se passera rien. Depuis cette date, les clubs ont le droit d'engager un maximum de deux joueurs supplémentaires, une disposition qui permet d'avoir des « jokers », mais pas de boucler un recrutement. Selon nos informations, la LNR étudie la possibilité de décréter, vu les circonstances, que les joueurs qui quitteraient le Stade Français pour un autre club ne soient pas considérés comme joueurs supplémentaires, ce qui encourageraient les mutations.

Bastareaud et Kelleher sur le départ

En cas de rétrogradation, la quasi totalité des joueurs disposent d'une clause dans leur contrat qui leur permet de se libérer. En cas de sauvetage avec un autre investisseur, le budget du club ne permettra pas d'honorer tous les salaires. Les joueurs à forte valeur sportive auront des propositions (Bastareaud pourra signer à Toulon, Kelleher devra trouver un club capable de payer son salaire, les dernières recrues venues de l'hémisphère sud auront l'option Super 15, etc.). Enfin, si le club se sauve, il pourrait négocier avec l'ensemble des joueurs sous contrat une baisse salariale collective pour boucler le budget, et ainsi éviter une fuite des talents trop importante. Un pis-aller pour lequel Guazzini signerait d’ores et déjà des deux mains.

Louis Chenaille (avec P.D.)