RMC Sport

Heymans : « Ça fait drôle »

-

- - -

La victoire en pleurant. C’est ainsi que les Toulousains ont vécu leur probante victoire contre l’USAP (41-15), puisque Clément Poitrenaud a quitté les terrains pour trois mois après s’être fracturé la malléole droite.

Cédric Heymans (ailier ou arrière de Toulouse) : « ça nous a carrément perturbé. La victoire c’est bien pour le club, mais pour la vie du groupe, les blessures de Florian (Fritz) (1) et de Clément (Poitrenaud), c’est dur parce que ce sont des joueurs majeurs. Dès qu’il y a eu l’incident, on s’est tous arrêté tellement on était malheureux pour lui. On n’en avait un peu rien à faire du rugby à ce moment là, même si c’est un fait de match. A la pause, les coachs ne se sont pas appesantis dessus. On s’est juste dit que c’était en ramenant la victoire qu’on lui rendrait au mieux hommage. C’est un coup d’arrêt pour lui, surtout qu’il était en pleine « bourre », il retrouvait l’équipe de France. Il s’attend à vivre des moments difficiles, il y aura de la rééducation. Mais il sait que le club et les potes seront là. Ça fait quand même drôle. »

Guy Novès (entraîneur) : « On était tous choqué, les joueurs comme les coachs. On a mis un certain temps à se remettre dans le match, pour finir mieux. Ça nous secoue après celle de Fritz, ça fait de grosses blessures coup sur coup. D’autant que Poitrenaud était revenu à un niveau étincelant aussi bien à l’arrière qu’au centre. Il avait devant lieu de beaux après-midi à vivre. »

Yannick Bru (entraîneur des avants) : « Le coup est dur pour l’effectif. Clément est un joueur important. Ça a cassé le moral de l’équipe. D’habitude, on décompresse après le match, il y a de la joie, de la musique dans le vestiaire ; aujourd’hui il y a tout juste la satisfaction d’avoir gagné. »

(1) Le centre Florian Fritz a contracté une fracture du péroné droit le 30 janvier lors d’un entraînement avec l’équipe de France. Une blessure qui le privera de terrains pendant 8 à 9 semaines.