RMC Sport

Jauzion est-il carbo ?

Yannick Jauzion

Yannick Jauzion - -

Depuis son éviction du XV de France après le fiasco en Italie, Yannick Jauzion n’a débuté qu’une seule des trois rencontres que le Stade Toulousain a disputées. Il devrait avoir l’occasion samedi à Marseille, face à Toulon, de montrer qu’il n’est pas fini.

Au mois de juin, Yannick Jauzion a un anniversaire à honorer. Le sien. Dix ans auront passé depuis sa première sélection en équipe de France, pour une victoire des Bleus en Afrique du Sud (23-32). Pourra-t-il souffler les bougies à Marcoussis, quand Marc Lièvremont lancera la préparation de la Coupe du monde ? Après son éviction au lendemain de l’humiliante défaite à Flaminio, contre l’Italie (22-21), le Toulousain, qui aura 33 ans en juillet, n’est plus vraiment certain de s’envoler pour la Nouvelle-Zélande.

Et depuis ce 12 mars cauchemardesque, Guy Novès, son entraîneur, n’a pas non plus donné des signes encourageants. En replaçant Cédric Heymans à l’arrière et Clément Poitrenaud au centre, il a trouvé une formule gagnante à Perpignan en Top 14 (24-25) et à Anoeta, face à Biarritz, en H Cup (20-27, ap). Le dernier match qu’a débuté Yannick Jauzion s’était au contraire transformé en déroute, au Stade de France, contre le Racing-Métro (43-21).

Elissalde : « Il est toujours l’un des meilleurs centres du monde »

Trois semaines plus tard, le centre aux 73 sélections doit retrouver sauf surprise une place dans le XV de départ samedi à Marseille. Principalement parce que Guy Novès a annoncé son intention de faire tourner contre Toulon (16h25), une semaine avant une réception de Bourgoin qui devrait offrir définitivement au leader du Top 14 son ticket pour les demi-finales. Au milieu de l’équipe-bis attendue, Yannick Jauzion devra sortir du lot pour faire taire les rumeurs de déclin.

« Il est toujours l’un des meilleurs centres du monde, assure Jean-Baptiste Elissalde. Il l’a prouvé ces dix dernières années. Je ne vois pas pourquoi il y a ce débat autour de lui. Il a été mis sur le banc des remplaçants parce qu’il y a eu une décision stratégique du staff, par rapport à l’opposition. » Pour son ancien coéquipier, désormais entraîneur des arrières du Stade Toulousain, le fiasco italien « a certainement nui à son moral et à ses qualités rugbystiques. Mais étant donné qu’il est l’un des meilleurs, si ce n’est le meilleur, il va forcément réagir. » Au Vélodrome, Yannick Jauzion aura la meilleure exposition possible pour y parvenir.

LP avec WT à Toulouse