RMC Sport

La Rochelle : le séisme a aussi fait trembler les rugbymen

Proches de l’épicentre du séisme qui frappé les Charente-Maritime ce jeudi matin, les rugbymen du Stade Rochelais ont eu une sacrée frayeur. Après avoir été rassurés, ils ont ensuite pris le parti de rire de cet événement sans précédent depuis 20 ans.

On a beau avoir le gabarit d’un rugbyman, on est tous égaux face à un séisme. Ce jeudi matin, peu avant 9h, les joueurs du Stade Rochelais ont eu une sacrée frayeur lorsque le sol s’est mis à trembler à l’heure du petit déjeuner. « On était en salle de vie, raconte le demi de mêlée Julien Audy. On avait plus l’impression que quelque chose avait explosé. Ça n’a pas duré longtemps mais c’était assez intense. » Et pour cause.

L’épicentre de ce séisme de magnitude 5,2 sur l’échelle de Richter ne se situait qu’à quelques kilomètres de là. « On était assez étonné de ce qui venait de se passer, poursuit Audy. Certains sont sortis. Ils avaient peur que quelque chose soit tombé dans le stade… Une taule, le toit, voire une tribune. Ça a vraiment claqué fort. On s’est tous regardé et on a appelé nos familles pour vérifier si tout le monde allait bien. »

Atonio et Pelo à l’origine du séisme ?

Même s’ils ont été très vite rassurés, difficile de ne pas penser aux tragiques attentats qui ont frappé Paris et Bruxelles ces dernières mois. « Avec ce qu’il se passe ce moment, des choses anormales comme ce matin, ça nous fait penser à l’actualité, on a eu un peur pour nos proches », reconnaît le demi de mêlée de La Rochelle.

Mais les joueurs de Patrice Collazo et Xavier Garbajosa ont très vite pris le parti d’en rire. Et si les deux piliers, Uini Atonio (152kg) et Vincent Pelo (130kg), étaient à l’origine du séisme ? L’idée a circulé sur les réseaux sociaux et dans les rangs rochelais. « Je ne sais pas comment ils vont le prendre, sourit Julien Audy. Quand on voir leur carrure, c’est sûr que ça tape… » Mais plutôt les adversaires du Stade Rochelais.

La rédaction avec Vincent Delzescaux