RMC Sport

Laporte : « Ça ne m’a pas empêché de travailler »

Bernard Laporte

Bernard Laporte - -

La LNR a levé samedi la suspension de Bernard Laporte, permettant au manager toulonnais de jouer pleinement son rôle lors des finales de la H Cup et du Top 14. Une satisfaction même si cette sanction n’a pas eu que des inconvénients.

Bernard, comment vivez-vous la levée de votre suspension (qui courait initialement jusqu'au 3 juin pour des propos insultants envers l

C’est une bonne nouvelle. Il faut être sincère, cela ne m’a pas empêché de travailler. Mais cela enlevait des émotions fortes. Quand tu aimes ce métier, tu veux être près des joueurs. Le plus dur pour moi, c’était après le match. J’étais tout seul dans le bus et j’attendais que les joueurs viennent. Avant le coup d’envoi, j’étais aussi seul dans une salle et je trouvais le temps long. C’est une bonne chose. Je remercie la Ligue d’avoir fait ce geste-là. Mais est-ce qu’on va changer de fonctionnement ? Ça je ne sais pas. On ne change pas une équipe qui gagne donc, pour le moment, on va y réfléchir. Et c’est vrai que depuis que cette sanction est tombée, il y a eu une prise de conscience de la part de tout le monde. Au niveau du groupe, tout le monde s’est resserré. Les joueurs étrangers ne comprenaient pas. Ils disaient : « C’est d’une stupidité sans nom. » Ça nous a resserrés de nous sentir attaqués par sa sanction. Mais c’est comme ça. A travers les résultats, on voit bien que cela ne nous a pas empêchés d’avancer. Il faut être courtois et poli et c’est pour cela que je les remercie d’avoir enlevé cette sanction.

Cela peut-il vous faire changer d'avis concernant votre candidature à la présidence de la Fédération française de rugby ?

Non, ça c’est acté, c’est fini. On ne va pas faire le yo-yo sans arrêt. Ils m’ont donné l’énergie nécessaire pour me dire : « Il faut que tu te présentes. »

Comment s'est passé votre retour à Toulon ce samedi, au lendemain de votre victoire en demi-finale contre le Racing (16-6) ?

C’était très chaleureux. Beaucoup de supporters nous attendaient, comme d’habitude dans ces moments-là. On le sait, le rugby est une religion à Toulon. Et effectivement, ces gens sont heureux. Ce sont des gens modestes, qui n’ont pas eu les moyens de monter à Lille parce que ça coûte cher. De les voir heureux, c’est la plus belle chose quand on fait du sport et j’espère que ce n’est pas fini et qu’on transmettra d’autres émotions.

Propos recueillis par RMC Sport

A lire aussi : - Top 14 : Toulon s'offre une deuxième chance - Boudjellal, comme un air de Tapis

La rédaction