RMC Sport

Laporte : « Dans sa tête, Kockott est à Toulon »

-

- - -

Membre de la Dream Team RMC Sport, Bernard Laporte a apporté sa version du dossier Kockott dans le Moscato Show ce jeudi. Pour le manager de Toulon, le demi de mêlée de Castres rejoindra bien le RCT la saison prochaine.

« Rory Kockott, je l’ai eu au téléphone hier. Il me dit qu’il a signé à Toulon et qu’il n’a aucune proposition de Castres. Il entend dire qu’il aura une grosse proposition mais il ne l’a pas. Dans sa tête, il est à Toulon. Apparemment, ce qui s’écrit ou ce qui se dit sur lui le gêne un petit peu. Ou il me ment, mais je n’en vois pas l’intérêt. Au-delà de l’indemnité de sortie, je lui ai dit de ne pas oublier qu’on était en contact avec Ruan Pienaar, le demi de mêlée sud-africain de l’Ulster, et qu’il nous avait dit oui. On était en contact avec les deux.

Rory Kockott m’a dit que s’il venait, il ne voulait pas que Ruan Pienaar vienne. J’ai dit qu’on ne pouvait pas prendre les deux, que ce n’était pas possible évidemment. Et j’ai dit à mon président (Mourad Boudjellal) que Rory Kockott, c’était mieux. Pour le moment, il n’est pas international. Et on l’aura tout le temps. Donc on a dit non à Ruan Pienaar. Je lui ai dit qu’il allait falloir qu’il assume ça. L’indemnité de sortie, c’est une chose. Mais quand tu donnes ta parole, tu donnes ta parole. C’est l’avenir d’un club dont il s’agit. Je l’ai senti assez serein. »

« Je me dis que ça devient grave »

« Je ne veux pas le prendre en otage, poursuit Laporte. Et je n’ai rien contre le président de Castres, Pierre-Yves Revol, que j’aime beaucoup. Mais c’est une situation qu’il faut régler. Le gamin, je l’ai senti surpris. Il me dit qu’on doit lui faire une proposition à Castres, mais qu’il ne l’a pas. Je ne vois pas pourquoi, s’il avait eue, il ne me l’aurait pas dit ! La rumeur m’a même parlé de 70 000 euros par mois. Ils montent où ils veulent, ce n’est pas mon souci. Il vient ou il ne vient pas. Après, ce n’est pas mon problème. Les choses sont claires, nettes et précises. Il y a un contrat de signé. Il n’est pas question de faire des surenchères.

Si c’était le cas, je serais très, très déçu. Quand on me dit que le joueur veut jouer pour l’équipe de France, il faut qu’on se pose des questions. Si c’est ça, la mentalité d’un joueur de rugby aujourd’hui, il va falloir qu’on réfléchisse à l’avenir. Moi, en 15 jours, j’ai vu deux joueurs et je suis tombé le cul par terre… J’ai pris l’avion, je suis allé les voir personnellement. Ils disaient qu’ils étaient très intéressés par nous. En réalité, ils étaient intéressés pour dire : ‘‘j’ai vu l’entraîneur de Toulon, il m’a proposé tant’’. Alors que je n’avais rien proposé du tout ! Et derrière, les mecs signent ailleurs le lendemain. Je me dis que ça devient grave. La proposition de Mourad, c’était la moitié du club dans lequel le mec a signé ! »

A lire aussi :

>> Castres : Kockott, sérial girouette

>> Top 14 : ce qu’il faut retenir de la 13e journée

>> Toute l'actualité du rugby

Bernard Laporte