RMC Sport

Le Racing capitalise à l’extérieur

-

- - -

Le Racing a gagné à Bayonne (18-25) lors de la 5e journée de Top 14. Biarritz est tombé chez des Castrais solides (28-13) alors qu’Agen a enfin gagné contre Grenoble (32-26) au contraire de Montois encore défaits par Clermont (6-14).

Le Racing se console

Passés proches d’une victoire historique à Clermont le week-end dernier (12-13), les Racingmen ont transformé l’essai à l’extérieur. Une fin de première mi-temps catastrophique, avec trois pénalités concédées en 5 minutes a pourtant failli punir les hommes de Quesada, le buteur bayonnais Potgieter jouant le rôle du bourreau (15-12, 40e). Finalement, la détermination francilienne a payé. A la 71e, Van der Merwe a donné le large aux siens, bien appuyé par Germain, solide au but (15-25). Comme la saison dernière, Bayonne se montre friable à domicile (7 victoires seulement) malgré une pénalité de Boyet lui offrant un point de bonus défensif (18-25, 74e).

Clermont par la petite porte

Comme d’habitude depuis le début de saison, la lanterne rouge montoise a tenu tête à un gros bras du championnat avant de tout perdre sur la fin. Privés de leurs demis d’ouverture Arrayet, Vignau-Tuquet et Duvallet, les Landais ont dû confier leur destin au jeune Claverie (22 ans). Un destin maudit puisque ce dernier a manqué cinq coups de pied de pénalité. Du côté d’un Clermont remanié, Radosavljevic, Parra et James se sont répartis les buts (6-9, 73e) avant que Nalaga, déjà marqueur la semaine passée, ne vienne crucifier Mont-de-Marsan d’un essai meurtrier (6-14, 78e).

Castres peut remercier Kockott

Une mi-temps durant, deux rideaux de fer se sont faits face. Dans une partie très engagée aux chocs impressionnants, Biarritz a pris la tête par le centre Haylett-Petty d’entrée de jeu (0-7, 2e). Peyrelongue et Teulet se sont ensuite livrés un duel de buteurs (12-13,39e). Puis, Kockott a fait son apparition côté castrais et le Basque Lauret a pris un jaune. Sept minutes après son entrée sur la pelouse de Pierre-Antoine, le demi de mêlée s’est fait la malle s’effondrant dans l’en-but (19-13, 52e). Barcella au frigo 10 minutes en compagnie du jeune troisième ligne (56e), Kockott n’avait plus qu’à enquiller pour faire gagner le CO (28-13).

Agen ouvre son compteur

Incapable de s’imposer depuis le début de saison et cumulant déjà deux défaites à domicile, Agen devait absolument s’imposer contre le promu grenoblois au début de saison canon (3 victoires). Si rien ne fut simple, les hommes de Philippe Sella ont atteint leur objectif grâce au doublé de leur ailier fidjien Simoneï Vaka (20-13, 33e) et le pied précis de Conrad Barnard, meilleur réalisateur du Top 14 la saison dernière. Néanmoins, les protégés de Fabrice Landreau ont chèrement vendu leur peau, marquant deux essais par Cootzee puis Vanderglas. Mais dans un match où Agen n’a jamais été mené, la logique a été respectée (32-26). Grenoble peut se consoler avec le point de bonus défensif.

Le Stade Français poursuit son calvaire

En difficulté à l’extérieur et champion des ballons tombés cette saison en Top 14, le Stade Français a fait honneur à sa réputation au stade Chaban-Delmas face à Bordeaux-Bègles. Les Girondins, eux, ont envoyé du jeu dans tous les sens étant finalement récompensés. Porical et Lopez se sont d’abord signalés par un duel à 100% au but (12-9, 40e). Quand le Parisien a craqué, le Girondin a poursuivi sa moisson. Son partenaire à la charnière, Heini Adams s’est lui aussi distingué en s’échappant pour aplatir dans l’en-but (53e), bientôt imité par le centre Le Bourhis bien décalé (27-12, 69e). Les hommes d’Auradou ont eu un ultime sursaut d’orgueil par Paul Williams (72e) avant de subir leur indiscipline, perdant le bonus défensif sur la sirène (30-22, 80e).

Jérôme Carrère