RMC Sport

Le Top 14 change de visage

L'ouvreur anglais n'est pas étranger à la bonne tenue de Toulon.

L'ouvreur anglais n'est pas étranger à la bonne tenue de Toulon. - -

Castres qui s’installe aux commandes, le Racing Métro 92 qui enchaîne une neuvième victoire de rang, Toulon qui rêve d’Europe… La hiérarchie en tête du Top 14 s’est bouleversée en quelques semaines. Et rien ne dit que les « gros » reviendront aux affaires.

Castres en demi-finales avec Clermont. Toulon et le Racing Métro barragistes et qualifiés pour la Coupe d’Europe aux côtés de Toulouse et Perpignan. La nouvelle carte du rugby nationale dessine peu à peu ses nouveaux contours. Si le championnat devait s’arrêter au soir de la 20e journée, le programme des demi-finales n’aurait pas grand-chose à voir avec celui de l’édition précédente. Exit donc le Stade Français, dans le dernier carré depuis la saison 2001-2002 et toujours qualifié depuis l’instauration de la poule unique en 2004. Exit également Brive (9e) et Biarritz (8e), respectivement 5e et 7e budgets, et, européens cette année.

Onzième budget de ce Top 14, Castres damne le pion à l’habituel « Big Four » (Toulouse, Stade Français, Clermont, Biarritz), mais aussi au champion de France sortant, Perpignan. Douzième moribond au sortir de la saison dernière, le CO s’est renforcé du côté de Montauban en s’attachant les services du duo d’entraîneurs Labit-Travers, mais aussi de plusieurs Tarn-et-Garonnais. Et les résultats sont là. « Notre ambition est de rester le plus haut possible en haut du tableau avec les grands du Top 14, prévient Laurent Travers. Mais on doit continuer à travailler parce qu’on s’aperçoit qu’il y a encore de grosses équipes et que nous ne sommes pas encore à leur niveau. »

Le Racing invaincu depuis neuf matchs

Toujours est-il que ce sont bien eux qui mènent la meute. Et dans leur sillage, ce sont les promus franciliens du Racing Métro qui impressionnent. Neuvième victoire de rang à Bayonne (23-19), mercredi, les hommes de Pierre Berbizier n’ont plus perdu depuis le 20 septembre et un revers 9-6 contre… Castres. Troisième, le Racing peut ouvertement briguer une place de demi-finaliste. L’officialisation imminente de la signature de Juan Martin Hernandez pour l’année prochaine, le réinvestissement financier personnel du président Lorenzetti indique que les ambitions sont encore à la hausse pour l’année prochaine.

Un point commun avec Toulon qui annonce par la voix de son président Mourad Boudjellal que le RCT « recrutera paillettes, mais utile l’année prochaine ». Relégable à la sortie de l’année 2008, les Varois ont redressé la barre pour se maintenir à une honorable neuvième place l’année dernière alors qu’ils retrouvaient l’élite. Quant à cette saison, ils profitent de leur dynamique, de l’arrivée massive de bons joueurs et du coaching de Philippe Saint-André pour s’affirmer comme un candidat crédible aux places européennes. Parisiens, Biarrots, voire Toulousains ont trouvé à qui parler.

La rédaction - P.Ta.