RMC Sport

Les drôles de vacances du Top 14

Guy Novès

Guy Novès - AFP

Guy Novès, manager de Toulouse, s’est agacé contre le rappel à l’ordre de Provale, syndicat des joueurs, sur l’obligation des clubs du Top 14 de mettre leurs joueurs au repos forcé du 22 au 25 décembre. Soit trois jours avant une journée de championnat…

Le rugby ne se lasse décidément pas des polémiques et des dissensions. Surtout quand il s’agit du calendrier. Lundi, le syndicat Provale a ainsi rappelé l’obligation pour les clubs de Top 14 de faire respecter les vacances des joueurs du lundi 22 au jeudi 25 décembre inclus (sans présence au club). Une règle présente dans la convention collective du rugby professionnel signée par l’UCPR (Union des clubs professionnels) et Provale. Si les clubs ont donné leur accord à cela, la proximité de l’échéance suscite quelques grognements d’autant que la 14e journée du Top 14 est programmée le 28 décembre, réduisant considérablement le temps d’entraînement et de préparation aux matches du week-end.

Interrogé sur le sujet, le manager du Stade Toulousain Guy Novès a préféré manié l’ironie. « C’est super sympa. Moi je suis pour les vacances. Et c’est vrai que les gens de Provale sont quand même bien placés et très intelligents pour placer ces vacances-là, grince-t-il. On pense à la santé des joueurs et c’est vraiment très important. Ce qui est bizarre, c’est que ces vacances-là ne soient pas placées deux jours avant un match international. »

Novès : « Pour protéger le plus grand nombre, on met en difficulté les clubs professionnels »

Il a ensuite déploré le manque de confiance fait aux clubs qui doivent déjà, pour certains, se passer de leurs internationaux une bonne partie de la saison en raison des doublons et d’une convention signée avec la FFR qui garantit à 30 joueurs protégés de ne pas participer à plus de 30 matches dans une saison. «

Les clubs ont à leur tête des gens suffisamment conscients, responsables et intelligents pour pouvoir gérer la santé des joueurs, rappelle-t-il. En ce qui nous concerne, on n’a pas eu besoin de Provale pour mettre nos internationaux au repos une semaine avant les matchs internationaux, comme je l’ai fait depuis toujours. On voit ce qu’on veut bien voir. Pour protéger le plus grand nombre, on met en difficulté les clubs professionnels. Mais ce n’est pas nouveau ». Cette semaine-là, le Stade Toulousain affrontera le Racing Métro le dimanche 28 décembre à 15h. Avec des joueurs reposés mais peu entraînés…

La rédaction avec NC et WT