RMC Sport

Les réactions de la 6e journée

-

- - -

Retrouvez les commentaires d'après-match de la sixième journée du Top 14.

Toulouse – Clermont : 44-23
Jean-Baptiste Elissalde (Toulouse) : « La deuxième mi-temps a été aussi bonne que la première était mauvaise. C’est pour vous dire l’écart qu’il y a entre nos deux prestations. Je pense qu’on n’était pas rentrés de vacances. On a pris une petite remontée de bretelle à la mi-temps. On a eu la chance de faire une très bonne entame de deuxième mi-temps avec deux essais rapidement inscrits. Ca nous a mis du baume au cœur pour la suite. C’était bizarre. J’ai rarement vu des matches comme ça. Je pense qu’il ne faut pas reproduire cette première mi-temps parce que contre d’autres équipes ça risque d’être compliqué. »

Stade Français – Montpellier : 33-6
David Skrela (Stade Français) : « Le point positif c’est qu’on a vite pris le score. Après c’est toujours plus facile de maîtriser le match. On gagne facilement à la mi-temps même si on manque un essai tout fait par Christophe Dominici. En début de deuxième mi-temps, on remet la pression. On n’a pas lâché car on voyait qu’ils étaient toujours là. On a toujours essayé de mettre de la pression pour essayer de conserver cette victoire. »

Perpignan – Brive : 23-19
Jacques Brunel (entraîneur de Perpignan) : « Nous nous étions préparés pour aller combattre. Face à Bayonne, on avait été très déficient dans ce secteur. Là on était prêt à aller au combat. A un moment, le combat collectif a disparu, la mêlée et les mauls. Ca nous a perturbé. La rencontre aurait pu basculer si on marque sur nos actions chaudes entre les poteaux en deuxième mi-temps. C’est un match qu’on a fini avec difficulté, notamment sur le plan physique. On a senti qu’on était un peu émoussé en fin de rencontre. On s’est fait peur. »

Bourgoin – Bayonne : 15-10
Mickaël Forest (Bourgoin) : « On savait que ça allait être compliqué. C’est une équipe solide, difficile à bouger. Après les vacances de Noël, il fallait se remobiliser, c’était un peu le match piège. On s’en est sorti avec pas mal de difficulté. On n’a jamais réussi à prendre le large. A chaque fois ils ont recollé au score. Ils nous ont toujours inquiétés, ils nous ont privés de ballon. Jusqu’à la fin on pouvait avoir des craintes. C’est une bonne chose d’avoir gagné même s’il y a beaucoup de choses à revoir. On a deux matches de Coupe d’Europe pour rebalancer du jeu, reprendre de la confiance er recevoir le Stade Français ici, qui est un gros aussi. »

La rédaction