RMC Sport

Lombard : « Le meilleur championnat du monde »

Qui succédera à l'ASM Clermont cette saison ?

Qui succédera à l'ASM Clermont cette saison ? - -

Notre consultant rugby estime que le Top 14 est devenu la référence de la planète rugby.

Thomas Lombard, la plupart des équipes ont misé sur la stabilité cette saison…
C’est vrai. Globalement, il y a pas mal de stabilité. Les budgets de recrutement des clubs ont été revus à la baisse par rapport à la saison dernière. C’est évidemment dû à la conjoncture actuelle. Il n’y a donc pas eu de très gros transferts même si les grosses écuries ont tout de même réussi à attraper quelques poissons intéressants dans leurs filets.

Le fait que plusieurs équipes puissent prétendre au titre rehausse l’intérêt du Top 14…
C’est évidemment beaucoup plus attractif pour le grand public. C’est toujours mieux lorsqu’il y a d’avantage de postulants au titre. On ne peut que s’en féliciter. Il saluer la Ligue Nationale de Rugby qui a eu le courage de mettre en place cette formule. Ce n’était pas gagné. Beaucoup de clubs ont d’ailleurs tiqué lorsqu’il y a eu cette nouvelle formule. Et au final, c’est un franc succès.

Que pensez-vous du niveau actuel de ce championnat ?
L’attractivité économique du Top 14 fait qu’on a aujourd’hui probablement le meilleur championnat du monde. Les plus grandes stars tournent la tête vers la France, comme elles le faisaient il y a quelques années avec l’Angleterre. C’est très intéressant. Et on peut penser qu’après la Coupe du monde 2011 (en Nouvelle-Zélande), il y aura encore un afflux massif de joueurs étrangers.

Quels sont les favoris cette saison ?
On peut penser que les quatre premières places risquent de se jouer entre Clermont, Toulouse et Perpignan. Pour la dernière, ce sera plus ouvert. Mais ce trio-là devrait être présent. Reste à savoir dans quel ordre. Il y aura forcément encore une surprise. Ça peut être Castres, Toulon ou le Racing. Mais aussi Brive ou Bayonne.

Après son premier sacre, Clermont ne risque-t-il pas de se relâcher ?
C’est la question qu’on s’était posé l’an passé avec l’USAP. Ils attendaient le titre depuis très longtemps aussi. On s’était dit qu’ils allaient être sur un nuage et qu’ils allaient peut-être se faire contrer. Et finalement, ils ont fini premiers de la phase régulière. Ça prouve bien qu’aujourd’hui, l’esprit de compétition perdure. Qu’on soit champion, favori ou outsider. Les joueurs mouillent le maillot de la même façon.