RMC Sport

Lorenzetti : « Ce qu’a dit Chabal n’a pas été tip top dans la forme »

-

- - -

Le club francilien a suspendu Sébastien Chabal après ses propos contre l’arbitrage français. Son président est venu s’expliquer sur cette mise à pied aux allures de contre-feu alors que la polémique a embrasé le rugby hexagonal depuis le début de la semaine.

Jacky Lorenzetti, comment avez-vous appris la nouvelle ?

J’étais en Corse à la pêche, j’ai lu l’interview sur internet, je l’ai appelé, il m’a envoyé des extraits de son livre m’expliquant que le contenu était différent de celui repris dans l’article du journaliste. Pour autant, il reconnaît le discours tenu dans le JDD. Il ne restait plus à Pierre (NDLR : Berbizier) et à moi qu’à évaluer le préjudice causé au club puisque nous entretenons des relations particulières avec le corps arbitral.

Pourquoi l’avoir suspendu jusqu’au 11 mai ?

Parce qu’à cette date la Fédération devrait communiquer sa liste pour la Coupe du monde. La commission de discipline devant se réunir le lendemain, chacun pourra prendre ses dispositions sans interférence.

Craignez-vous être dans le collimateur des arbitres ?

Je pourrais vous dire qu’on ne risque rien parce que l’arbitrage ne nous est déjà pas trop favorable, mais je ne veux pas alimenter la polémique. La suspension de Sébastien montre qu’on respecte les institutions. Ce qu’on peut reprocher au joueur c’est la forme de son interview, le fond existe mais ce n’était pas à lui de le commenter.

Imaginez-vous terminer la saison sans Sébastien ?

On espère qu’il ne sera pas trop lourdement sanctionné. On voudrait le récupérer pour les phases finales, éventuellement dès les demi-finales.

Êtes-vous en colère contre le joueur ?

Il n’échappe à personne que ces propos avaient pour but de promouvoir son livre. C’est une bonne communication mais les termes n’étaient pas acceptables. Il se prive de terrain et il nous prive de lui. On se serait bien passé de cet épisode, mais ça fait partie du rugby d’aujourd’hui. Si ça n’avait pas été Chabal, ce serait passé inaperçu.

Comment vit-il cette affaire ?

Il comprend que le club soit amené à prendre des dispositions. C’est un homme simple et solide. Un jour il a dit que s’il devenait un peu con il aimerait bien qu’on lui botte le cul. C’est un peu ce qu’on a fait...

Chabal a-t-il dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas ?

(Rires) Je ne rentrerai pas dans ce débat.

Une suspension lourde remettrait-elle en cause votre collaboration ?

Ce qu’il a dit n’a pas été tip top dans la forme, mais ça ne remet pas en cause la confiance qu’on a dans l’homme. On a commencé à évoquer une prolongation de contrat, il n’y a pas de changement à ce niveau là.

Propos recueillis par Samuel Ollivier