RMC Sport

Montpellier face aux « prédateurs »

Fabien Galthié, entraîneur de Montpellier

Fabien Galthié, entraîneur de Montpellier - -

Actuel deuxième du championnat, le club de l’Hérault ne laisse pas insensible les grosses cylindrées du Top 14. Alors que le marchés des transferts s’ouvre officiellement le 1e février, les Trinh-Duc, Tomas ou encore Ouedraogo se retrouvent au centre de toutes les convoitises.

Le parcours actuel de Montpellier ne pouvait pas laisser longtemps indifféremment les voisins du Top 14. Deuxième du championnat à six points du leader toulousain, le club héraultais doit désormais faire avec Toulouse, le Racing ou encore Toulon qui lorgnent sur les pépites de Fabien Galthié. « Je suis venu ici en pensant que les jeunes formés voulaient prolonger, explique l’entraîneur du club. Sportivement, je les crois heureux. Maintenant, il faut leur proposer quelque chose qui les rende heureux économiquement et un projet sur le moyen terme. Mais il y a de la concurrence. »

Galthié n’a d’ailleurs pas hésité à qualifier ses grosses écuries de « prédatrices ». Et à l’entendre on l’imagine torturé par ce qu’il se passe actuellement en coulisses. Trinh-Duc, Tomas, Ouedraogo pour commencer mais aussi Gorgodze, Figallo, Paillaugue, Bustos Moyano, Petit, Kuzbik, Macurdy ou encore Vallée ne sont pas certains de repartir avec le technicien la saison prochaine. Le club doit s’activer pour entamer les négociations. Surtout que Tomas et Gorgodze auraient déjà signé des précontrats avec Toulon, que Trinh Duc discute avec d’autres clubs. Tout comme Paillaugue que Castres intéresse.

L’avenir de Galthié en question

Mais avant de prolonger, de nombreux joueurs souhaitent en savoir plus quant à l’avenir de Fabien Galthié. Même si ces jeunes ont toujours rêvé de jouer la H-Cup avec leur club formateur, ils attendent un projet sportif intéressant. La venue de Galthié pour les trois prochaines saisons les a rassurés. Mais les chuchotements qui envoient l’ancien demi de mêlée éventuellement du côté de l’équipe de France après la Coupe du monde ont jeté un froid. Du côté de la Place de la Comédie, on prie aujourd’hui pour que Louis Picamoles, parti à Toulouse à l’été 2009 , ne soit pas le premier d’une longue liste.

P.Ta. et J.L. à Montpellier