RMC Sport

Ouedraogo, capitaine courage

-

- - -

Malgré une fracture de la main, le capitaine montpelliérain s’est montré digne de sa réputation samedi soir face au Stade Toulousain. S’il n’a pas réussi à empêcher la défaite de son équipe, Fulgence Ouedraogo, digne, courageux et exemplaire, sort grandi de cette finale.

Montpellier peut être fier de son capitaine. Alors que sa présence sur la pelouse du Stade de France est restée incertaine jusqu’à la dernière minute, le troisième ligne montpelliérain Fulgence Ouedraogo, victime d’une fracture à la main droite face au Racing samedi dernier, a finalement tenu sa place face aux Toulousains. Exceptionnel de courage, il a longtemps repoussé les assauts offensifs des Rouge et Noir. Le don de soi, l’international français maîtrise sur le bout des doigts, sans mauvais jeu de mot.

Toulouse passe devant après sa sortie

Victime d’un tampon en fin de première période, on a même vu le joueur à la main cassée au bord du KO après s’être fait soigner par le staff médical du MHR. Le regard dans le vide, il est néanmoins resté sur solide sur ses jambes. "Il y a une dimension émotionnelle à ce stade de la compétition qui génère des ressources difficiles à mesurer pour les spectateurs, souligne Thomas Lombard, l’ancien joueur du Stade Français. Ouedraogo s’est trouvé galvanisé par l’événement et son rôle de Talisman de cette équipe de Montpellier."

Ce n’est sans doute pas un hasard si le Stade Toulousain a pris l’avantage après sa sortie à la 67e. Remplacé par Vassili Bost, le capitaine héraultais a ensuite donné de la voix avant de se montrer digne et exemplaire dans la défaite : "Je suis très fier de mon équipe, de cette saison et des supporters, lâche-t-il à chaud au micro de France 2. Ils ont été géniaux depuis le match contre Toulon (27-3, 26e journée de Top 14 Orange). On a été porté par un public formidable. J’ai une grande pensée pour la ville de Montpellier." La ville du Languedoc-Roussillon pense aussi très fort à son valeureux capitaine.