RMC Sport

Parisse : « On a retrouvé l’identité du Stade Français »

Sergio Parisse

Sergio Parisse - -

Au Stade Français depuis 2005, Sergio Parisse se félicite du retour aux sources opéré cet été au niveau du staff. L’international italien et capitaine du club estime que le groupe est plus uni et peut réaliser de belles choses en Top 14.

Sergio, qu’attendez-vous du déplacement à Bayonne ce samedi ?

Tout d’abord, je suis heureux de retrouver le groupe en tant que titulaire après avoir été remplaçant face à Montpellier (32 - 16, ndlr). Mais, c’était un choix du staff que j’ai très bien accepté. Je pense que le match amical de cet été où on a pris 40 points à Bayonne (38-18, le 20 juillet dernier) nous a touchés. On a envie de se rattraper. Nous ne sommes pas favoris. On va à Bayonne avec un tout autre état d’esprit. Ça va être compliqué mais nous voulons réaliser un bon match. A l’heure actuelle, ce serait arrogant de dire qu’on va à Bayonne pour faire un résultat. On ne se déplace jamais pour perdre. On va faire tout notre possible pour gagner ce match. L’Aviron Bayonnais est favori pour cette rencontre. Ils jouent à domicile. Ils viennent de perdre leur premier match face à Clermont (6-13, ndlr). La pression est peut-être plus de leur côté que du nôtre. On verra si ça va jouer en notre faveur ou pas. 

Le match peut-il se jouer dans les vingt premières minutes ?

Tout à fait. Si on arrive à être proche au tableau d’affichage dans les 20-30 premières minutes, je pense qu’ils vont avoir la pression. Il y aura sûrement des coups à jouer. L’entame de match est très importante. On va essayer d’être performant pendant 80 minutes.

Le groupe semble être beaucoup plus uni que les saisons passées…

Ça fait plaisir. En 2007, lorsque nous avons été champions de France, on avait de très grands joueurs. Mais, au-delà de cela, on vivait bien ensemble. A l’heure actuelle, grâce au staff, nous avons retrouvé cette ambiance et cette identité au Stade Français. C’est un club différent où les relations humaines vont au-delà du sportif. Depuis 2-3 ans, nous avons vécu des saisons difficiles mais je pense que cette saison, on vit bien. Il faut valider ça sur le terrain. On fait du bon travail avec toute l’équipe.

Etes-vous satisfait de la composition du staff cette année, David Auradou et Christophe Laussucq entourant l’Anglais Richard Pool-Jones, qui a été double champion de France avec le Stade Français ?

En ce moment, en Top 14, il n’y a pas beaucoup d’entraîneurs étrangers. Le seul qui a réussi est Vern Cotter avec Clermont. On est des latins. En France, le profil de l’entraîneur français ou latin est plus apte pour le Stade Français. Dans le passé, dans le club, lorsque nous étions champions, l’entraîneur était français (Fabien Galthié, ndlr). Le dernier entraîneur qui avait gagné un titre, c’était Nick Mallett en 2004. Ensuite, les entraîneurs étrangers n’ont pas réussi à faire décoller cette équipe. Il faut se dire qu’on a besoin d’entraîneurs latins. C’est le cas cette année.

Le turn-over qui va être installé est-il une bonne chose ?

Oui. Je pense que ça fait du bien à tout le monde. L’an passé, il n’y avait pas beaucoup de turn-over. Certains joueurs ont beaucoup joué. Les cadres de cette équipe ont réalisé de nombreux matchs mais parfois, nous n’étions pas au niveau. On l’a peut-être payé. Ça va faire du bien au groupe. Tous les joueurs se sentent concernés. Il y a une grande motivation dans le groupe. Dans l’idée, ça me rappelle le titre de champion 2007. Dans les 7-8 premières journées, il y a eu beaucoup de turn-over. Cette année, nous avons un effectif beaucoup plus riche notamment à l’arrière.