RMC Sport

Parra : « Le doute s’est installé »

Morgan Parra

Morgan Parra - -

Sans l’avouer ouvertement, Morgan Parra reconnait que la défaite en finale de H Cup la semaine dernière a pesé sur la demi-finale de Top 14, que Clermont a perdu face à Castres (25-9), ce samedi.

Morgan, est-ce difficile de s’exprimer après cette défaite une semaine après celle en finale de H Cup ?

Sur le match, il n’y a pas photo. On est tombé sur plus fort que nous. On a été pris dans le combat, ce qui est la base de ce sport. On a reculé, on n’a pas réussi à mettre la main sur le ballon. Et sur le peu qu’on a tenté, on a été pris dans les rucks. On a fait des fautes de main qui nous ont couté cher. On n’a pas scoré quand il fallait. Castres mérite sa victoire.

La finale de H Cup pesait-elle encore dans les têtes ?

On a essayé pendant toute la semaine d’évacuer, d’échanger et d’essayer de trouver les solutions. C’est le haut niveau. Il fallait vite se replonger mais la défaite de la semaine dernière était encore dans les têtes. Le doute s’est installé quand on a commencé à être pris dans certains secteurs.

Sentiez-vous mal ce match ?

Non, parce que tu rentres toujours sur le terrain avec l’envie de gagner. Ça devient dur quand tu commences à reculer, que tu ne trouves pas les solutions et que tu te fais contrer quand tu essaies de revenir. Même en menant, Castres n’a pas laissé filer cette demie, comme on a laissé filer la finale la semaine dernière.

Cette fin de saison vous laisse-t-elle de gros regrets ?

On a fait toute une saison où on a beaucoup travaillé physiquement. On connait des moments de joie et d’autres où le groupe rencontre des difficultés et arrive à les surmonter. Les plus beaux moments se passent quand tu arrives dans les phases finales. Je ne dis pas qu’on a perdu à cause de la semaine dernière. On est tombé contre plus fort que nous aujourd’hui.

A lire aussi :

Clermont - Cotter : « Difficile d'accepter la défaite »

Lombard : « Clermont n’a pas tué le match »

Clermont-Castres : opération rachat

Propos recueillis par Pierre-Yves Leroux à Nantes